Paris
Spectacles à Paris

Coquelicot 

0

00 avis

Votre avis
Théâtre de la Contrescarpe - Paris

De Prisca DEMAREZ

« Je ne suis pas une rose qu’on coupe pour la laisser mourir dans un vase ! Je suis Coquelicot ! »

Comment rester fidèle à soi-même quand, dès la naissance, le monde entier cherche à nous cataloguer ? Comment trouver sa Joie ?

Dans ce One Woman Musical, Prisca nous dévoile les coulisses de sa vie d’artiste et de femme pour nous poser ces questions avec humour, folie et poésie.

Après avoir été premier rôle dans Cats, Oliver Twist, Avenue Q, la truculente Clémentine de Paprika nous entraîne dans un tourbillon d’émotions. Une autodérision irrésistible qui fait du bien.

« Mettez Muriel Robin et Liza Minelli dans un shaker, et vous obtenez une artiste pas comme les autres qui joue chaque soir comme si c'était son dernier. » Musical Avenue

Lire plus Fermer

Durée

 :  1h15

Première

 : 

Dernière

 : 

Costume :

Sylvain RIGAULT

Distribution :

Prisca DEMAREZ

Mise en scène :

Franck VINCENT

Pianiste :

Stan CRAMER Shay ALON

Infos et réservation :

Guichet :

Contrescarpe 5, rue Blainville 75005 Paris

Tél. location

 : 01 42 01 81 88
Salle ouverte
Chères spectatrices, chers spectateurs,

Votre sécurité et celle de notre personnel restent notre priorité !

Voici nos mesures sanitaires complémentaires :
• Nous désinfectons les rampes et les poignées avant et après chaque représentation, en plus d’une désinfection quotidienne de la salle par une entreprise de ménage spécialisée.
• Nous aérons et renouvelons l’air de la salle entre deux spectacles.
• Nous mettons à votre disposition du gel hydroalcoolique à l’entrée et sur les paliers.
• Nous organisons la circulation au sein du théâtre afin de limiter les contacts.
Lire plus Fermer
Jusqu'au 29/12/22 à partir de

10

La presse parle de Coquelicot

Un spectacle délicieux qui fait un bien fou

Un tourbillon de vie, d’humour et de chansons Cet été un tourbillon s’est abattu sur le théâtre de la contrescarpe. Tout de rouge coquelicot vêtue, Prisca Demarez, ce petit bout de femme à la voix d’or, avec une énergie folle, déboule dans la salle du... Lire plus

Un tourbillon de vie, d’humour et de chansons

Cet été un tourbillon s’est abattu sur le théâtre de la contrescarpe. Tout de rouge coquelicot vêtue, Prisca Demarez, ce petit bout de femme à la voix d’or, avec une énergie folle, déboule dans la salle du théâtre en chantant « funny girl »

« Je ne suis pas une rose qu’on peut couper pour la laisser mourir dans un vase ! Je suis Coquelicot ! »
Comment rester fidèle à soi-même quand, dès la naissance, le monde entier cherche à nous cataloguer ? Comment trouver sa Joie ?

Dans ce One Woman Musical, Prisca Demarez, avec humour et émotion, nous parle de sa vie d’artiste et de femme. Elle chante, danse, joue la comédie et s’amuse comme une folle avec le public, mais ce n’est pas tout car Prisca, toute petite, se posait également de sacrées questions : Quand je serai grande, je serai une rose sage ou une tache de rousseur ?

Finalement, la jolie Prisca aux cheveux dorés, au grand dam des conventions, de la société et de sa famille, a trouvé sa voix… son coquelicot enfoui en elle.

La fleur rebelle

Cette fleur toute frêle, à la robe rouge sang qui n’aime pas être coupé mais qui pousse partout où on ne l’attend pas.

Cette ardeur fragile qui surmonte toute les épreuves et ouvre ses pétales de soie froissées pour capter la lumière du soleil et la renvoyer au monde.

Ce symbole d’amour pour certains ou du souvenir de la mort pour d’autres.

Cette fleur si tendre et poétique, aimée par Monet, Courbet, Klimt et d’autres artistes.

Une autodérision irrésistible qui fait du bien

Cette chanteuse vedette et reconnue, venue du monde des comédies musicales pour qui, comme tant d’autre, la crise sanitaire a été un arrêt brutal de sa carrière et qui a faillit sombrer et tout arrêter, s’est mise à écrire, écrire sans cesse et revient, aujourd’hui, plus forte et épanouie que jamais, avec ce spectacle sur l’amour de vivre sa passion et sur la résilience…

« cette sacrée gonzesse a vraiment un p... de talent »

C’est par ces mots sortis tout droit du coeur que Franck Vincent, le metteur en scène du spectacle présente sa protégée « Il était évident que c’était-elle la boss. Mon travail a simplement consisté à la canaliser, à lui apporter un regard extérieur et un point de vue différent ».

Mais Prisca Demarez, « à l’aise » dans tous les registres, aussi drôle, talentueuse qu’émouvante, n’est pas seule sur scène et forme un magnifique duo avec son pianiste Stan Cramer ou Shay Alon - en alternance, deux virtuoses rencontrés dans des comédies musicales.

Coquelicot est un spectacle délicieux qui fait un bien fou. Un spectacle particulièrement tendre bourré d’humanité et d’humour qui donne envie de rire, de chanter et de danser. Avis Foudart ????????????

Fermer
Source Source
On sort ou pas
Un cocktail détonnant entre musique, chansons et anecdotes

Note : ***   J’aime bien Prisca, et plus le temps passe, plus j’aime ce qu’elle fait. Normal, elle aime le spectacle en musique, et cette fois avec ce nouveau spectacle qu’elle rode au Théâtre de la Contrescarpe, elle réussit un cocktail détonnant entre musique, chansons et... Lire plus

Note : ***

 

J’aime bien Prisca, et plus le temps passe, plus j’aime ce qu’elle fait.
Normal, elle aime le spectacle en musique, et cette fois avec ce nouveau spectacle qu’elle rode au Théâtre de la Contrescarpe, elle réussit un cocktail détonnant entre musique, chansons et anecdotes. Un cocktail explosif à ne pas rater et qui s’intitule COQUELICOT.
Si elle nous affirme que sa dernière date en Août sera le 10, ne désespérons pas, et soyons toutefois rassurés. Elle reviendra, comme elle nous l’affirme dans cet entretien exclusif : https://youtu.be/Yzq1idajj-Q

Fermer
Source Source
Une comédienne aux talents inoubliables : Prisca Demarez !

Une comédienne aux talents inoubliables : Prisca Demarez ! 
Même s’il ne faut jamais faire la comparaison entre les artistes, sachez qu’elle réunit aussi bien la pêche de Caroline Vigneaux que l’agilité et la verve de Véronic DiCaire. L’autrice et interprète de ce... Lire plus

Une comédienne aux talents inoubliables : Prisca Demarez !

Même s’il ne faut jamais faire la comparaison entre les artistes, sachez qu’elle réunit aussi bien la pêche de Caroline Vigneaux que l’agilité et la verve de Véronic DiCaire. L’autrice et interprète de ce seule en scène musical possède en outre un physique et une gestuelle qui leur sont communs.
Coquelicot est un spectacle aux multiples registres, dont les personnages sont toujours interprétés avec finesse et élégance. Excellente comédienne, Prisca Demarez a aussi une belle interaction avec le public, qu’elle qualifie même d’histoire d’amour. « Public, projection, fantasme ! » Elle alterne tour à tour moments d’intimité et moments de représentation, pour illustrer le tiraillement de l’artiste qui, comme tout autre être humain, recherche parfois désespérément à être aimé, quitte à se perdre.

Il y a par ailleurs une réelle complicité entre la comédienne et son pianiste Shay Alon, dont nous avons beaucoup apprécié le jeu plein de vie et de sensibilité. Prisca Demarez, danseuse, se meut avec une grâce étonnante dans chacun de ses tableaux qui sont d’une grande variété. Chanteuse, sa voix nous fait revivre les grands moments de la comédie musicale Cabaret.

Nous avons particulièrement aimé la mise en scène et les lumières superbes, qui subliment un décor simple et élégant, où même le verre d’eau brille, qu’il soit sur la table ou dans la main de la comédienne.

Rendez-vous au Théâtre de la Contrescarpe pour vous découvrir Coquelicot et vous faire une idée. Outre les représentations d’août, vous pourrez retrouver Coquelicot à la rentrée, à 19h, du 16 au 23 septembre, et le 29 septembre à 21h.

Fermer
Source Source
Le talent côtoie le rire pour la plus grande satisfaction des spectateurs.

Il existe des individus qui ont une destinée. C’est le cas de Prisca Demarez où l’art a toujours coulé dans ces veines. Et pour que sa vie devienne un rêve, elle a du passer par la case psychomotricienne sur l’île de La Réunion.  Après son premier seule en scène,... Lire plus

Il existe des individus qui ont une destinée. C’est le cas de Prisca Demarez où l’art a toujours coulé dans ces veines. Et pour que sa vie devienne un rêve, elle a du passer par la case psychomotricienne sur l’île de La Réunion. 

Après son premier seule en scène, Prisca Demarez revient dans un tout nouveau one woman show musical sous le nom délicat de « Coquelicot ». C’est pour cela qu’elle porte une robe rouge flamboyante. Rien de tel pour mettre en avant son regard pétillant et son sourire plein de malice. A l’image de cette fleur sauvage, elle est forte et fragile à la fois. L’envie d’être artiste sommeille en elle depuis son plus jeune âge. Mais la famille impose des choix pour un futur plus confortable et respectable. Un diplôme en poche, un petit ami sérieux et la voilà qui peut avoir une vie normale conforme aux attentes de normalisation. Par amour, elle suit sa moitié à la Réunion. Le manque d’opportunité professionnelle lui permet de réaliser enfin son rêve en allant chantant dans des bars. Progressivement, la confiance en elle gagne chaque cellule de son corps avec une certitude : maintenant qu’elle est grande, elle deviendra saltimbanque.

Avec une incroyable énergie et fougue, elle poursuit de raconter des éléments de sa vie. Car la petite et timide Prisca est maintenant devenue un nom évocateur, c’est Prisca Demarez, la chanteuse. Elle a pu s’illustrer dans des comédies musicales comme « Cats », « Cabaret », « Titanic »… Le spectateur pourra écouter émerveiller le talent et la puissance de cette voix. Chanter n’est pas la seule corde à son arc. Elle joue avec les mots pour faire rire, nous faire réfléchir et partager des moments cocasses. Avec beaucoup de délicatesse, elle se dévoile pour nous inciter à être plus fort, plus téméraire et plus curieux. Il faut s’ouvrir aux autres, à l’imprévue pour semer des champs de coquelicots. Son collaborateur, le pianiste Shay Alon, est lui aussi heureux d’être là, car jamais il ne se départit de son sourire quand il l’accompagne. Pourrait-il en être autrement? On sent son plaisir d’être présente sur scène, d’être avec tous ces inconnus qui rient de bon coeur. Elle rayonne de plaisir car sa place est vraiment là, sur scène. Personne dans la salle comble n’en doute une seule seconde. La preuve s’entend à la fin du spectacle avec ces chaleureux applaudissements qui tardent à s’arrêter. Il n’y a pas d’autre façon de lui dire merci et bravo.
Ne passez pas à côté d’un spectacle où le talent côtoie le rire pour la plus grande satisfaction des spectateurs.

 

Fermer
Source Source
Logo Télérama
TT "Truculente... Son audace garantit la bonne humeur"

TT "Truculente, elle bouscule son public, lui tire des sourires... Son audace garantit la bonne humeur"

C’est drôle, enthousiasmant, tendre et émouvant.

Dans ce one woman show musical, Prisca Demarez présente un spectacle de grande grande qualité à travers de très belles chansons et un choix d’anecdotes pleines d’humour et d’humanité. Elle évoque des pages de sa vie professionnelle et nombre de petits faits dont son aventure,... Lire plus

Dans ce one woman show musical, Prisca Demarez présente un spectacle de grande grande qualité à travers de très belles chansons et un choix d’anecdotes pleines d’humour et d’humanité. Elle évoque des pages de sa vie professionnelle et nombre de petits faits dont son aventure, narrée de façon désopilante, avec un humoriste québécois. Par ses chansons et ses récits, elle nous adresse un message : soyez vous mêmes, vivez à fond vos envies, réalisez vos rêves.

Prisca, mise en scène par Franck Vincent et accompagnée au piano par Stan Cramer ou Shay Alon, nous fait participer au show en s’adressant souvent à nous de sa voix magnifique et avec une énergie communicative. C’est drôle, enthousiasmant, tendre et émouvant.

Fermer
Source Source
Mais quoi ?
Ce show est un petit bijou ! Une artiste dans toute sa splendeur !

Mais quoi ? Qu'est-ce que c'est ? « Je ne suis pas une rose qu’on coupe pour la laisser mourir dans un vase ! Je suis Coquelicot ! » Comment rester fidèle à soi-même quand, dès la naissance, le monde entier cherche à nous cataloguer ? Comment trouver sa Joie ? Dans ce One Woman Musical,... Lire plus

Mais quoi ? Qu'est-ce que c'est ?
« Je ne suis pas une rose qu’on coupe pour la laisser mourir dans un vase ! Je suis Coquelicot ! » Comment rester fidèle à soi-même quand, dès la naissance, le monde entier cherche à nous cataloguer ? Comment trouver sa Joie ? Dans ce One Woman Musical, Prisca nous dévoile les coulisses de sa vie d’artiste et de femme pour nous poser ces questions avec humour, folie et poésie. Après avoir été premier rôle dans Cats, Oliver Twist, Avenue Q, la truculente Clémentine de Paprika nous entraîne dans un tourbillon d’émotions. Une autodérision irrésistible qui fait du bien !

Mais quoi ? J’en pense quoi ?

C’est quoi le mot plus fort que dithyrambique ? Car s'il existe, je veux pouvoir qualifier cet article comme il se doit ! Je suis plus que conquis, je suis plus que subjugué par la performance de Prisca Demarez. J’étais déjà en manque de mots pour son premier seul en scène « Vraie », je suis sans voix, souffle coupé pour ce deuxième « Coquelicot ». Mais quoi ? Vous l’aurez compris, j’ai A-DO-RÉ. Prisca excelle en tout. C’est une excellente comédienne et une divine chanteuse. Elle nous raconte son parcours, les difficultés du métier d’artiste, ses galères amoureuses, sa vie de joli coquelicot ! Ce spectacle est une revanche, une ode à la vie ! Un spectacle où tout est possible, un spectacle qui te donne envie d'aller plus loin, de croire en toi, toujours, de foncer, d'aimer et de ne pas s'oublier ! Mais quoi ? Je suis surpris par la sincérité de jeu de Prisca. Je suis encore totalement chamboulé de sa prestation de "Un peu plus haut, un peu plus loin" de Ginette Reno. Prisca se donne entièrement sur scène, une générosité rare ! Je suis également hilare face à ses grimaces, et ses ruptures de jeu très maîtrisées. Je suis aussi surpris de Prisca, en mode stand-up, micro main. L'exercice est loin d'être facile et là encore elle brille et nous on rit beaucoup ! Elle est également divinement accompagné au piano par Stan Cramer ou Shay Alon, ce qui ajoute un côté live unique ! La mise en scène de Franck Vincent est délicate et précise. Rien n'est laissé au hasard. Ce show est un petit bijou ! Une artiste dans toute sa splendeur ! Mais quoi ? Tout ce que j'aime ! Foncez !

 

Fermer
Source Source
Logo Froggy's Delight
Une époustouflante showgirl ! Prisca Demarez a du talent, du métier et du cœur...

One woman musical show de Prisca Demarez accompagnée au piano par Stan Cramer (ou Shay Alon) dans une mise en scène de Franck Vincent. Après "Vraie !", l'artiste,chanteuse et comédienne Prisca Demarez formée à la dure école de la comédie musicale et récompensée par le... Lire plus

One woman musical show de Prisca Demarez accompagnée au piano par Stan Cramer (ou Shay Alon) dans une mise en scène de Franck Vincent.
Après "Vraie !", l'artiste,chanteuse et comédienne Prisca Demarez formée à la dure école de la comédie musicale et récompensée par le trophée l'artiste interprète féminine de la comédie musicale 2017 pour son rôle dans "Oliver Twist, le musical", cultive sa "danseuse", le spectacle en solo dans le genre du one woman show musical et sa thématique autofictionnelle avec "Coquelicot".

Féminine en sexy robe rouge et rebelle avec ses original doc martens, sa tenue annonce la couleur d'un opus qui relate quelques épisodes d'un parcours personnel, illustré d'anecdotes souvent drôlissimes et de pertinentes réflexions, qui n'est cependant pas semé que de pétales de rose.
De rose et de coquelicot, la comparaison entre ces deux fleurs constituant un des mantras du spectacle - l'alternative entre la fleur de vase parfaite bien policée et la fleur champêtre telle une "tâche de rousseur sur le teint de la vie" - avec celui du choix de vie et de l'épanouissement personnel pour aller jusqu'au bout de ses rêves.
Prisca Demarez scande sa farouche détermination à s'affranchir des injonctions familiales comme sociétales et des avis des conseilleurs qui ne sont pas les payeurs de manière "en-chantée" en puisant dans le répertoire des chansons de revue de cabaret ("Ça c'est Paris"), des standards des classiques de la comédie musicale anglo-saxonne tels "Funny Girl", "Cabaret" et "Cats" et de la chanson francophone ("C'est beau") et parfois, de manière pointilliste dans la musique classique, ainsi avec la "Gymnopédie I" d'"Erik Satie.
Et ce dans un opus stylistiquement contrasté à la faveur d'un grand écart entre les registres du comique clownesque et de l'émotion, du toon avec Mickey et Maya l'abeille au naturalisme, avec des séquences d'anthologie, tels, et entre autres, la rencontre avec Stéphane Rousseau, le beau gosse québécois où elle est contaminée par l'accent céliondionesque et le medley vocal sur la chanson "Mourir sur scène".
Mise en scène par Franck Vincent qui ne bride pas son éxubérance et sa superbe vitalité en belle interactivité avec le public et accompagnée au clavier par Stan Cramer, Prisca Demarez s'avère une époustouflante showgirl pour qui la scène s'avère résolument son univers de prédilection.
Comédienne émérite et même imitatrice, chanteuse-fregoli à l'impressionnante palette et puissance vocales, danseuse et, de surcroît, humoriste maniant l'humour comme l'autodérision sans modération, Prisca Demarez a du talent, du métier et du cœur, un combo gagnant pour délivrer son ode à la joie et, avec cette délicate métaphore florale, son manifeste circonstancié aux consonances féministes, pour la conquête de sa liberté de femme et d'artiste.

Fermer
Source Source
Logo La revue du spectacle
Un tourbillon de vie ! Il faut aller la voir, mieux, aller l'entendre et écouter.

"Coquelicot" Prisca Demarez Un tourbillon de vie en jupe de tulle rouge Alors que Peter Brook prenait son envol ce samedi 2 juillet, laissant au théâtre un espace définitivement vide, je prenais place au Théâtre de la Contrescarpe en soirée pour assister à un spectacle avec en tête... Lire plus

"Coquelicot" Prisca Demarez Un tourbillon de vie en jupe de tulle rouge
Alors que Peter Brook prenait son envol ce samedi 2 juillet, laissant au théâtre un espace définitivement vide, je prenais place au Théâtre de la Contrescarpe en soirée pour assister à un spectacle avec en tête d'affiche Prisa Demarez. Quand son attaché presse - un super mec ! (on ne remercie pas assez les attachés de presse) Passionné - m'a envoyé les infos, j'ai dit : oui ! Sans hésiter.
Prisca Demarez, je me souvenais d'elle dans le rôle de la méchante reine dans la comédie musicale "Blanche Neige" qui se jouait à Bobino. J'avais embarqué mon fils, alors âgé de 6 ans, et il s'était ennuyé, sauf devant les sept nains qui étaient "vachement marrants" et parce que la reine faisait "un petit peu peur de temps en temps". La Reine, majuscule et magistrale Prisca. Sans elle, le show n'aurait donc pas été le même. La voix, le corps et l'énergie qu'elle déployait sur scène étaient époustouflantes ! Quelques heures plus tard, grâce au réseau social, j'ai envoyé un message très court à l'artiste pour la féliciter de m'avoir tenu sur le siège de Bobino jusqu'au bout. Saluant sa performance.

La revoir, seule cette fois, car entre "Blanche neige" et "Coquelicot", il s'en est passé des shows ! De "Cats" à "Avenue Q" en passant par l'excellent "Cabaret", elle en a joué des spectacles de haut niveau. Mais elle n'était pas en solo. Là, oui ! Presque, car un excellent claviste accompagne sa voix divine.
Prisca est bien là ! Elle donne, elle joue, elle chante et partage ce bonheur palpable d'être sur une scène et d'y être bien. Si bien, qu'elle pourrait même "mourir sur scène". Dans "Coquelicot", elle se livre, c'est elle, l'artiste. Elle raconte au public, un bout de son parcours, les idées reçues sur son métier, les incompréhensions des uns et des autres, les siens, ses proches comme souvent, malheureusement. Faire plaisir pour ne pas trahir, accepter de s'éloigner, loin, très loin, de son désir. Tel a été le destin de Prisca Demarez. Puis, soudain, le désir devient plus fort et agir c'est sauver sa peau, "être ce qu'on est, vivre ce qu'on veut" pour ne pas sombrer piano piano…

Elle a travaillé dur mais, toujours, elle a été passionnée. Cela se sent, se ressent tant elle offre aux spectateurs le bonheur de jouer, d'être là, si vivante, si débordante d'envie, si belle et surtout sensationnelle. Car, des espaces vides qu'elle a rencontrés sur son chemin, l'artiste a pris une place à chaque recoin d'une scène pour incarner, chanter et danser. Voilà toute la beauté de son "Coquelicot" : "petit pavot sauvage à fleur rouge vif". Vêtue d'une jupe en tulle rouge, elle tourbillonne de vie autour de son récit ponctué de chansons sans jamais déborder. Juste ce qu'il faut pour émouvoir, le dernier morceau, en particulier.
Prisca Demarez, il faut aller la voir, mieux, aller l'entendre et écouter. L'entendre et profiter.

Peter Brook s'en est allé, triste nouvelle pour le monde du spectacle vivant, alors quoi de plus rassurant de voir que l'espace continue d'être occupé par des artistes brillants qui, avec pour seuls complices : la musique, le chant, le corps, leur voix et sans autre décor, ne partagent que la beauté de leur immense talent.

Ainsi va la vie, ainsi est Prisca Demarez et son solo que je vous recommande chaudement cet été.

Fermer
Source Source
Le monde du ciné
Une autodérision irrésistible qui fait du bien.

Alors qu’elle posait déjà ses mots sur un premier one woman show musical, Vrai-e, très réussi, Prisca DEMAREZ persiste et signe en présentant, moins de deux ans après, un deuxième spectacle musical. Si le style et la thématique ont changé, on retrouve avec plaisir la... Lire plus

Alors qu’elle posait déjà ses mots sur un premier one woman show musical, Vrai-e, très réussi, Prisca DEMAREZ persiste et signe en présentant, moins de deux ans après, un deuxième spectacle musical. Si le style et la thématique ont changé, on retrouve avec plaisir la même énergie, la même bonne humeur, la même qualité de jeu et bien sûr la même excellence vocale. Prisca a toujours cette facilité à capter son public.
Une petite graine d’une fleur qui ne fane pas a donc voyagé au gré du vent de l’Archipel à la Contrescarpe. Et que trouve-t-on au pied des fortifications ? On vous le donne en mille ! Un Coquelicot… Eclatant, flamboyant. Une mauvaise herbe ? Non, mais une fleur libre de toute contrainte. Puisque contrainte, il n’y a pas, le coquelicot est donc libre d’évoluer à sa guise. La fleur ne laisse pas apprivoiser aussi facilement que la rose. C’est ainsi que Prisca nous livre avec émotion son parcours. Et si les graines de pavot se sèment, les embûches aussi et l’artiste en a traversé. Elle raconte ces embûches avec le recul et l’autodérision qui évitent de sombrer dans un show déprimant. On retrouvera avec plaisir les interprétations vocalement sensibles. Prisca se réapproprie des titres de tous genres, du musical évidemment mais pas seulement. Dans chaque titre, elle invite le public a trouvé du sens à la musique, à l’entendre, à l’écouter. Les moments semés à la volée s’enchainent entre humour et confession. Les voix, disons, même parfois les imitations ne manquent pas d’intérêt et ajoute encore à l’instant une dose de bonne humeur.
On est dans du spectacle tellement vivant que vous-même vous sentirez plus que vivant au milieu de cet épisode de fraîcheur souligné par une voix ensoleillée venue du fond du corps et du cœur. C’est un petit moment d’été frais qui s’offre à votre esprit.
Respirez, vous sentez ce parfum ? Ça sent les fleurs des champs en plein cœur de Paris ! Une bien jolie escapade pour ceux qui restent dans la capitale… Et pour les autres aussi !

 

L’HISTOIRE

« Je ne suis pas une rose qu’on coupe pour la laisser mourir dans un vase ! Je suis Coquelicot ! »
Comment rester fidèle à soi-même quand, dès la naissance, le monde entier cherche à nous cataloguer ? Comment trouver sa Joie ?
Dans ce One Woman Musical, Prisca nous dévoile les coulisses de sa vie d’artiste et de femme pour nous poser ces questions avec humour, folie et poésie.
Après avoir été premier rôle dans Cats, Oliver Twist, Avenue Q, la truculente Clémentine de Paprika nous entraîne dans un tourbillon d’émotions. Une autodérision irrésistible qui fait du bien.

 

Fermer
Source Source
Sorties à Paris logo
Formidablement réussi !!!

J'étais tombé en admiration en voyant "VRAIE" en 2021 avec Prisca DEMAREZ, enfin une vraie Show-Girl en France.   Je disais alors : "Elle a tout pour elle, le charme, la beauté, l'humour et de l'octave !"   Avec ce nouveau spectacle "COQUELICOT", elle nous raconte qu'elle ne veut pas être une rose que l'on... Lire plus

J'étais tombé en admiration en voyant "VRAIE" en 2021 avec Prisca DEMAREZ, enfin une vraie Show-Girl en France.
 
Je disais alors : "Elle a tout pour elle, le charme, la beauté, l'humour et de l'octave !"
 
Avec ce nouveau spectacle "COQUELICOT", elle nous raconte qu'elle ne veut pas être une rose que l'on coupe et qui meurt dans un vase, mais un coquelicot qui vit sa vie, au gré du vent, dans la campagne.
 
Je l'avais applaudie dans des spectacles où elle n'était qu'un des personnages, comme Avenue Q.
 
Prisca DEMAREZ, ne ratez pas ce spectacle, il est formidablement réussi !!!

 

Fermer
Source Source
Logo Musical avenue
Véritable thérapie de groupe musicale !

Prisca Demarez fait éclore son « Coquelicot » dans le champ des émotions Que vous l’ayez découverte féline dans Cats, intime dans un Cabaret berlinois, coquine sur une Avenue Q New-Yorkaise ou plus Vraie que nature dans son premier spectacle, Prisca Demarez n’a pas fini de vous... Lire plus

Prisca Demarez fait éclore son « Coquelicot » dans le champ des émotions
Que vous l’ayez découverte féline dans Cats, intime dans un Cabaret berlinois, coquine sur une Avenue Q New-Yorkaise ou plus Vraie que nature dans son premier spectacle, Prisca Demarez n’a pas fini de vous surprendre avec son nouveau One-Woman Show Musical Coquelicot qui vient vous cueillir là où on ne s’y attend pas !

A FLEUR DE SOI
Prisca Demarez n’est pas une artiste comme les autres. Véritable caméléon aux mille visages, elle a cette capacité à toujours se réinventer pour ne pas rester sur ses acquis. Vraie, son premier spectacle, nous dévoilait avec humour les coulisses de sa carrière et les obstacles qu’elle a du surmonter pour toujours garder la tête haute quand le moral était au plus bas. À travers de nombreuses chansons retraçant les moment forts de sa vie, Prisca nous faisait passer du rire aux larmes dans le cabaret de son existence. Finit le noir et blanc, place à la couleur, l’espiègle blonde devient l’incandescente rousse et troque ses talons aiguilles pour se retrouver bien dans ses bottes et nous amener vers son Coquelicot, fleur qui pousse là où elle se sent bien et qui incarne la force qui peut se cacher derrière une apparente vulnérabilité. Comme elle le dit si bien : « Je ne suis pas une rose qu’on coupe pour la laisser mourir dans un vase ! Je suis Coquelicot ! ».
La dernière fois que nous l’avions vu, Prisca ne rêvait que d’une chose et demandait à son public « Let Me Be Your Star ». Désormais, notre « Funny Girl » à Paris ne veut plus que personne ne gâche le plaisir qu’elle a de chanter sur une scène. Vêtue d’une robe 100% faite-maison (la version définitive dessinée par Sylvain Rigault, lauréat du Trophée de la Création Costume Comédie musicale 2022 pour Charlie et la Chocotalerie, arrivera prochainement), Prisca traverse à nouveau son public en entonnant « Don’t Rain on My Parade » de Funny Girl et nous montre qu’elle renaît sous un nouveau jour, plus forte et plus déterminée que jamais. Pendant plus d’une heure, l’artiste va chambouler les codes pour tenter de nous faire réfléchir, de nous faire entendre ce que nous n’avons qu’écouté et de dévoiler le cœur derrière les pétales de cette fleur qui s’ouvrira délicatement sous nos yeux au gré des chansons qui symbolisent sa force. Elle reviendra sur son amour de la comédie musicale avec des numéros issus de Cabaret, Funny Girl ou Avenue Q et ira chercher l’émotion avec des titres émouvants de Maurane, Ginette Reno ou encore Dalida. Accompagnée avec brio par Stan Cramer (ou Shay Alon) et mis en scène avec bienveillance et subtilité par Franck Vincent (Hairspray), ce Coquelicot devient plus qu’un spectacle mais une façon de vivre et de voir les choses après en avoir compris le concept. Véritable thérapie de groupe musicale pour aller chercher le bonheur en son for intérieur et semer des graines de positivités pour ne garder que le meilleur, le Coquelicot de Prisca Demarez pourrait avoir en sous-titre cette citation d’Oscar Wilde issue du spectacle : « Soyez vous même, les autres sont déjà pris ».

 

Que vous connaissiez ou pas Prisca Demarez, nous ne pouvons que vous conseiller d’aller découvrir cette fleur sauvage qui s’épanouit sur scène comme jamais et qui mérite vos rires et vos larmes pour continuer à fleurir. Des moments comme ça on en veut, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie et on ne veut pas du tout les manquer alors rendez-vous cet été au Théâtre de la Contrescarpe pour cueillir ce magnifique Coquelicot dans le champ des émotions.

Fermer
Source Source
C’est drôle, intelligent, bien écrit et plein de bienveillance. Un grand bravo !

Prisca Demarez dans « Coquelicot » : laissez-vous envoûter par le pouvoir des fleurs… Depuis le 12 juin, le théâtre de la Contrescarpe accueille « Coquelicot », le nouveau spectacle de Prisca Demarez, qui nous avait déjà éblouis dans « Vraie ! » en 2021.... Lire plus

Prisca Demarez dans « Coquelicot » :

laissez-vous envoûter

par le pouvoir des fleurs…

Depuis le 12 juin, le théâtre de la Contrescarpe accueille « Coquelicot », le nouveau spectacle de Prisca Demarez, qui nous avait déjà éblouis dans « Vraie ! » en 2021. Celle qui fut à la fois une incroyable Grizabella dans « Cats », Clémentine dans « Paprika » de Pierre Palmade, Nancy dans « Oliver Twist » ou encore la voix d’Ellen dans « Le retour de Mary Poppins », revient dans un tout nouveau one woman show musical pour être enfin elle-même, un coquelicot.

« I’ve got the micro, I’ve got the power », c’est avec ces mots sortis du fond de la salle que Prisca Demarez entre en scène en interprétant « Don’t rain on my parade » (extrait du spectacle « Funny Girl »). A la manière de « Let me be your star » dans « Vraie », ce titre sera un peu le fil conducteur du spectacle et il annonce la couleur : le rouge de sa robe, le rouge de la passion, le rouge du coquelicot, cette fleur qui pousse où elle se sent bien. Prisca a décidé de nous entrainer dans une autre vision de son parcours. Ce ne sont plus les embuches du métier d’artiste qu’elle raconte mais plutôt des réflexions plus personnelles sur la vie mêlées à des anecdotes de sa vie professionnelle (notamment la rencontre hilarante avec l’humoriste Stéphane Rousseau ou encore le duo langoureux au maquillage de Bozo le clown sur « A corps perdu » de Mike Brant). Elle interpelle le public, le surprend, le séduit. Elle le fait également réfléchir au sens du mot « entendre ». Est-ce simplement écouter ou plutôt comprendre ? Tout au long du spectacle, Prisca revient sur des moments de vie importants : le choix d’une vocation artistique malgré l’avis jugeant d’un entourage, la volonté de se conformer à ce que les autres attendent de soi jusqu’à en perdre son identité, l’envie qui grandit de faire ce que l’on aime, les rencontres qui nous déroutent, le désir viscéral de s’écouter soi pour aller encore plus loin. Elle insiste également sur la différence entre la projection et le fantasme créé par le public dans un spectacle, les idées que l’on se fait du métier de comédien... C’est drôle, intelligent, bien écrit et plein de bienveillance. On sent que l’artiste a fait du chemin, qu’elle a trouvé qui elle était et qu’elle est prête dorénavant à semer tout un champ de coquelicots autour d’elle.

 

Accompagnée ce soir-là de son pianiste Stan CRAMER, elle revisite au fil des histoires qu’elle raconte des titres de comédies musicales comme « Mein Herr » ou « Cabaret », des chansons plus confidentielles comme « Un peu plus haut, un peu plus loin » (de la chanteuse québécoise Ginette Reno) ou « La tordue » (de la regrettée Maurane), en passant par un « Mourir sur scène » des plus poignants. Toujours, on retrouve la touche Prisca : émotion, interprétation, puissance, vérité. Elle est habitée par les mots qu’elle chante. Elle devient un personnage auquel elle donne vie en une note, en un regard. Son aisance vocale est remarquable et on a l’impression que tout est facile pour elle vocalement.

La mise en scène de Franck Vincent joue sur les jeux de lumière, les placements mais aussi sur les différentes voix que l’artiste peut prendre pour donner vie à ses récits. Telle une danseuse de boite à musique, Prisca tourne autour de nous et nous envoute.

 

« Coquelicot » est plus que jamais un spectacle qui fait du bien à l’âme et au cœur, un spectacle particulièrement humain. On rit, on pleure, on en ressort heureux. Je vous encourage à aller coquelicoter avec Prisca Demarez ! Un grand bravo !

Fermer
Source Source
Réduire la liste
Afficher tous

Laissez un avis sur Coquelicot

Affiché à côté de votre commentaire.

Jamais affiché, jamais partagé !

Votre évaluation :

Protégé par reCAPTCHA sous conditions et règlement de la vie privée Google.

Calendrier et tarifs - Coquelicot

Tarifs

  • Promotion
  • Dernière minute
  • Plein tarif
  • Abonné 14 € abonnés du théâtre
  • Plein 28 €
  • Réduit 18 € Promo Web et au guichet
  • Etudiant
  • Jeune -26 ans 10 € tarif au guichet uniquement et dans la limite des places disponibles
  • Chômeur

Dernières actualités du Théâtre de la Contrescarpe

À l’affiche dans ce théâtre

Les autres pièces du même genre

Ceux qui ont consulté le spectacle Coquelicot ont aussi consulté

Réserver