Paris

PROLONGATIONS dans la salle du "Petit Poche" ---

 

Au cours des années 1670, à Paris, un homme rend visite tous les jours à une femme qui est en train d’inventer le plus beau roman du monde. Il relit ce qu’elle écrit, il corrige, il conseille. Cette suite de dialogues entre la comtesse de La Fayette, née Pioche, et le Duc de la Rochefoucauld, imagine plaisamment la genèse du roman La Princesse de Clèves. Disons qu’entre ces deux-là, l’amitié eut la force d’un amour dont l’enfant fut un livre.

 

Distribution : Sabine HAUDEPINFrançois-Eric GENDRON

Mise en scène : Nicolas VIAL

Création & régie lumières : François LOISEAU

Première et dernière

Du 31/08/22 au 17/04/23

Infos et réservations

Guichet : 75, boulevard du Montparnasse 75006 Paris
Tél. location : 01.45.44.50.21

Salle ouverte

Le guichet et la réservation téléphonique sont ouverts du lundi au samedi de 14h à 17h30. Le dimanche, uniquement au guichet, de 13h à 17h.
Infos COVID Fermer

Plan d’accès Théâtre de Poche-Montparnasse (Grande salle)

Comment se rendre au Théâtre de Poche-Montparnasse (Grande salle)

  • Montparnasse Bienvenue
  • 58, 82, 89, 91, 92, 94, 95, 96
  • Gare Montparnasse
  • Tour Montparnasse, FNAC rue de Rennes

La presse en parle - Duc et Pioche

Logo Le Figaro
C’est vif, intelligent, éclairé, envoûtant.

"Courez, courez voir Duc et Pioche. C’est vif, intelligent, éclairé, envoûtant. Magnificence et galanterie, que demande le peuple?"

Télérama sortir Paris
Les coulisses fantasmées d’un chef-d'œuvre

Invitation à entrer dans les coulisses fantasmées d’un chef-d’oeuvre. Au XVIIe siècle, madame de La Fayette, née Pioche, publie La Princesse de Clèves. Comment s’est imposé à elle ce roman inouï qu’elle ne signe pas de son nom ? C’est ce que raconte... Lire plus

Invitation à entrer dans les coulisses fantasmées d’un chef-d’oeuvre. Au XVIIe siècle,
madame de La Fayette, née Pioche, publie La Princesse de Clèves. Comment s’est imposé
à elle ce roman inouï qu’elle ne signe pas de son nom ? C’est ce que raconte l’auteur
Jean-Marie Besset. Sous la forme d’un dialogue entre les deux protagonistes, il imagine
la collaboration soutenue entre l’écrivaine et le duc de La Rochefoucauld, celui qui
(semble-t-il) l’a aidée dans son entreprise d’écriture. Cette hypothèse se tient, même si
elle entérine un poncif qui a un peu trop la peau dure : le génie féminin ne saurait exister
sans la main de l’homme. Reste pourtant qu’au cours de ce spectacle Sabine Haudepin,
dans le rôle de la comtesse de La Fayette, se déploie formidablement à mesure que son
personnage s’épanouit dans l’écriture, tandis que, face à elle, François-Éric Gendron se
coule avec humilité dans la position du sparring-partner. Équilibres rétablis.

Fermer
Logo Les Echos
Une ode à l'amitié et à l'émulation créative, joliment incarnée par François-Eric Gendron et Sabine Haudepin.

Au Théâtre de Poche-Montparnasse, le couple mythique est incarné par deux beaux comédiens habités. Sabine Haudepin compose une Pioche malicieuse et gaie, alternant avec brio saillies caustiques et fines pointes de tristesse. François-Eric Gendron campe avec retenue un duc au coeur battant, pudique et... Lire plus

Au Théâtre de Poche-Montparnasse, le couple mythique est incarné par deux beaux
comédiens habités. Sabine Haudepin compose une Pioche malicieuse et gaie, alternant
avec brio saillies caustiques et fines pointes de tristesse. François-Eric Gendron campe
avec retenue un duc au coeur battant, pudique et touchant sous sa tignasse grise. De
vrais héros de théâtre… et de littérature. Nicolas Vial les met en scène avec une distance
et une douceur singulières, dans une atmosphère crépusculaire, presque onirique.

Fermer
Logo Culture Tops
Un enchantement

Ce spectacle est un bijou de conversations pertinentes, exprimées dans un langage épuré par la voix des comédiens évoluant sur scène avec grâce, tout en nous informant de leurs soucis personnels comme des nouvelles des évènements de l’époque, l’ensemble avec un... Lire plus

Ce spectacle est un bijou de conversations pertinentes, exprimées dans un langage
épuré par la voix des comédiens évoluant sur scène avec grâce, tout en nous
informant de leurs soucis personnels comme des nouvelles des évènements de
l’époque, l’ensemble avec un esprit exquis, un enchantement…

Fermer
Logo Froggy's Delight
Un délicieux duo

La mise en scène de Nicolas Vial accompagne parfaitement la partition qui magnifie le goût de la belle langue, du vocabulaire précis et de la syntaxe élégante. Dans un décor de boudoir-bureau sous les belles lumières de François Loiseau, devisent, au fil des ans, Madie, la femme de lettres,... Lire plus

La mise en scène de Nicolas Vial accompagne parfaitement la partition qui magnifie le goût de la belle langue, du vocabulaire précis et de la syntaxe élégante. Dans un décor de boudoir-bureau sous les belles lumières de François Loiseau, devisent, au fil des ans, Madie, la femme de lettres, et François, le moraliste et mémorialiste, superbement incarnés par Sabine Haudepin et François-Eric Gendron. Au diapason et en synergie, ils forment le délicieux duo d’amis indéfectiblement liés et distillent de manière émérite ces subtils échanges de haute volée.

Fermer
logo Le quotidien du médecin
Un brillant dialogue entre Madame de la Fayette et Monsieur de la Rochefoucauld

Un brillant dialogue entre Madame de la Fayette et Monsieur de la Rochefoucauld, incarnés par Sabine Haudepin et François-Éric Gendron. Elle est toute d’intellignece et de charme, il est joueur et aristocratique. Une très belle langue, avec des extraits du chef-d’oeuvre, et une mise en scène... Lire plus

Un brillant dialogue entre Madame de la Fayette et Monsieur de la Rochefoucauld,
incarnés par Sabine Haudepin et François-Éric Gendron. Elle est toute d’intellignece
et de charme, il est joueur et aristocratique. Une très belle langue, avec des extraits
du chef-d’oeuvre, et une mise en scène fluide, une direction d’acteurs précise de
Nicolas Vial, un mouvement vif.

Fermer
Logo Spectacles Sélection
Une belle leçon d’écriture et une invitation à lire ou à relire le roman !

Jean-Marie Besset met sa grande culture au service de la langue française. (...) Cette suite de dialogues nous emporte au siècle brillant des Lumières, mais débarrassée de la politique et des intrigues, et c’est pourquoi les deux amis décident de situer le roman à une époque... Lire plus

Jean-Marie Besset met sa grande culture au service de la langue française. (...)
Cette suite de dialogues nous emporte au siècle brillant des Lumières, mais débarrassée
de la politique et des intrigues, et c’est pourquoi les deux amis décident de
situer le roman à une époque antérieure, celle d’Henri II. Dans le salon cossu mais
simple d’un appartement de la rue de Vaugirard, François-Éric Gendron et Sabine
Haudepin sont à leur affaire. Avec le plus grand naturel, ils devisent, se chamaillent,
imaginent puis s’accordent sur la difficulté de trouver à cette histoire d’amour déchirante
une trame puis un chemin, et de le suivre tout au long de ses courbes
afin de créer des situations cohérentes jusqu’aux dernières lignes. Une belle leçon
d’écriture et une invitation à lire ou à relire le roman !

Fermer
Une grâce immense et beaucoup de complicité Sabine Haudepin et François-Éric Gendron

Jean-Marie Besset s’est emparé de sa plume et sur une trame réaliste, a laissé aller ses intuitions d’auteur pour écrire une pièce courte d’une heure, une sorte de déambulation poétique qui, au fil des années, parle de création littéraire. Avec une langue... Lire plus

Jean-Marie Besset s’est emparé de sa plume et sur une trame réaliste, a laissé aller
ses intuitions d’auteur pour écrire une pièce courte d’une heure, une sorte de
déambulation poétique qui, au fil des années, parle de création littéraire. Avec une
langue très belle, une grâce immense et beaucoup de complicité Sabine Haudepin et
François-Éric Gendron, habitent complètement leur rôle et nous régalent de leurs
mots tout en malice et mélancolie. Nicolas Vial a choisi de les mettres en scène, avec
une grande douceur, des scènes courtes et des fondus enchaînés.

Fermer
L’élan de l’intelligence stimule toujours le plaisir de la curiosité.

Le metteur en scène Nicolas Vial virevolte sur les situations de ce qu’il appelle « une fantaisie historique», les deux acteurs avec énergie pour Sabine Haudepin et une onctuosité séductrice pour François-Eric Gendron s’approprient avec gourmandise la langue et l’intimité... Lire plus

Le metteur en scène Nicolas Vial virevolte sur les situations de ce qu’il appelle «
une fantaisie historique», les deux acteurs avec énergie pour Sabine Haudepin et une
onctuosité séductrice pour François-Eric Gendron s’approprient avec gourmandise
la langue et l’intimité voir le désir de cet art de la conversation lient es personnages.
Ils y insufflent sans artifice leur science de jeu, la délicatesse de leur maturité, et les
subtilités de cette amitié qui a la force de l’amour, et cette complicité qui a l’effervescence
du désir. De ce savant tressage de ressorts intimes, créatifs, de la petite et
de la grande histoire littéraire, on ne peut que partager la vision littéraire du monde
revendiquée par Jean-Marie Besset « pour adoucir ce que la vie peut avoir de brut
et de brutal ». L’élan de l’intelligence stimule toujours le plaisir de la curiosité.

Fermer
La presse en parle
La genèse d’un chef-d'œuvre d’horlogerie

Se profile d’une réplique à l’autre ce qui, à pas menus, devient le fil conducteur d’une narration d’une pureté adamantine. Les deux amis essaient les attitudes, les mots, les soupirs et les surprises potentielles auxquelles mèneront leurs entrechocs en évitant le piège... Lire plus

Se profile d’une réplique à l’autre ce qui, à pas menus, devient le fil conducteur
d’une narration d’une pureté adamantine. Les deux amis essaient les attitudes, les
mots, les soupirs et les surprises potentielles auxquelles mèneront leurs entrechocs
en évitant le piège mortel de la préciosité . François-Eric Gendron y est tout à fait à
la hauteur, mais c’est à Sabine Haudepin que notre auteur offre son plus beau rôle :
en Madame de LaFayette, elle campe un personnage si convaincant, qu’elle le grave
en le ciselant, telle une orfèvre en la matière. A la fois partagé et inaccompli, l’amour
entre elle et le Duc nous impose sa vérité comme la seule possible. Gageure tenue :
le rideau de cette saison s’est levé sur la genèse d’un chef-d’oeuvre d’horlogerie, qui
est aussi la plus jolie pièce de Besset.

Fermer
Réduire la liste
Afficher tous

Laissez un avis sur Duc et Pioche

Affiché à côté de votre commentaire.

Jamais affiché, jamais partagé !

Protégé par reCAPTCHA sous conditions et règlement de la vie privée Google.

Calendrier et tarifs - Duc et Pioche

Tarifs

  • Promotion
  • Dernière minute
  • Plein tarif
  • Plein 26 €
  • Jeune -26 ans 10 €
  • Réduit 20 €

À partir de 10

Dernières actualités du Théâtre de Poche-Montparnasse (Grande salle)

À l’affiche dans ce théâtre

Les autres pièces du même genre

Ceux qui ont consulté le spectacle Duc et Pioche ont aussi consulté

Réserver