Paris
Spectacles à Paris

Les Saisons 

0

00 avis

Votre avis
Théâtre le Ranelagh - Paris

De VIVALDI, PIAZZOLLA

Quatre arts sur scène, quatre saisons pour traduire l’universalité des êtres à travers l’histoire de deux personnes perdues dans les forêts d’Europe pour elle et dans les rue de Buenos Aires pour lui. Musique : Vivaldi – Piazzolla ; littérature : Carl Norac ; théâtre : Irène Jacob ; peinture : Laurent Corvaisier, les artistes racontent à l’unisson le temps qui passe et les richesses de l’existence.
Lire plus Fermer

Première

 : 

Dernière

 : 

Mise en scène :

Cécile JACQUEMONT

Lumière :

Laurent BAZIRE

Costumes :

Sarah COLAS

Texte français :

Carl NORAC

Chorégraphie :

Joëlle BOUVIER

Musique :

VIVALDI PIAZZOLLA

La presse parle de Les Saisons

Logo La Croix
Un de ces spectacles qui, dès les premières secondes, font jaillir la chaleur en hiver...

  Quatre saisons avec Vivaldi et Piazolla   Au Théâtre du Ranelagh, à Paris, Les Saisons-Vivaldi Piazzolla, avec Irène Jacob en narratrice et Marianne Piketty au violon, font dialoguer les mots, les notes et les couleurs.   Entre la musique d’Antonio Vivaldi et celle d’Astor... Lire plus

 

Quatre saisons avec Vivaldi et Piazolla

 

Au Théâtre du Ranelagh, à Paris, Les Saisons-Vivaldi Piazzolla, avec Irène Jacob en narratrice et Marianne Piketty au violon, font dialoguer les mots, les notes et les couleurs.

 

Entre la musique d’Antonio Vivaldi et celle d’Astor Piazzolla, il n’y a pas des siècles d’écart mais des saisons de proximité ! Pour s’en convaincre, il faut braver le froid et se rendre avant le 22 février au Ranelagh, à Paris, où se joue l’un de ces spectacles qui, dès les premières secondes, font jaillir la chaleur en hiver.

Le maître vénitien, chacun le sait, a composé en 1725 ses célébrissimes Quatre Saisons, auxquelles l’Argentin a fait écho de 1965 à 1970 avec ses Quatre Saisons de Buenos Aires imprégnées de tango.

Les Saisons-Vivaldi Piazzolla, mises en scène par Cécile Jacquemont, font dialoguer les deux répertoires en un jeu de miroirs. Chacun donne le rythme à son tour, crée d’un mouvement l’urgence, suggère l’apaisement, avive les émotions.

 

UN CONTE EN MUSIQUE ET EN COULEURS
Le spectacle, que l’on peut aimer dès le collège, unit aussi la musique, la poésie, la peinture et la danse, en une incessante synesthésie. En narratrice impliquée, Irène Jacob, yeux ouverts sur le monde, corps de brindille jouant entre immobilité et mouvement, tournoie autour de ses partenaires comme le vent faisant frémir les autres éléments.

Sa voix apporte vie au conte, tandis qu’à ses côtés s’envole la violoniste Marianne Piketty, qui emmène son ensemble du Concert idéal, et s’évade le peintre Laurent Corvaisier, qui réalise une fresque colorée – unique à chaque représentation – sous nos regards.

 

AU RYTHME DES SAISONS
Tous donnent vie à une histoire du poète belge Carl Norac. Dans les mots de celui-ci, il y a « elle », « demoiselle isolée dans une forêt d’Europe ». Elle qui parle aux arbres : « Eh les branchus, comment ça va aujourd’hui ? ». Et il y a « lui », « garçon égaré dans les rues de Buenos Aires » qui « dessine des paysages » dans la ville et cherche l’amour…

« Elle » et « lui », deux enfants aux antipodes l’un de l’autre, vivant chacun au rythme de ses saisons. « Elle » et « lui », faits pour s’aimer, mais se rencontreront-ils seulement ? Il est possible de rêver à un tel miracle dès lors que l’on croit à l’alliance des couleurs, des mots et des notes…

 

JEAN-YVES DANA

Fermer
Source Source
Logo Télérama
A voir en famille.

    On aime beaucoup  TT   Deux enfants solitaires vivent à deux endroits opposés du monde : l’une dans une forêt d’Europe, l’autre dans les rues de Buenos Aires. Un jour, ils découvrent qu’ils peuvent communiquer, grâce aux mots tracés sur... Lire plus

 

 

On aime beaucoup  TT

 

Deux enfants solitaires vivent à deux endroits opposés du monde : l’une dans une forêt d’Europe, l’autre dans les rues de Buenos Aires. Un jour, ils découvrent qu’ils peuvent communiquer, grâce aux mots tracés sur l’écorce des arbres et dans le courant de l’eau… Musiciens (la violoniste Marianne Piketty dirige l’ensemble du Concert Idéal), comédienne (Irène Jacob) et peintre (Laurent Corvaisier) habillent de la voix, de notes et de couleurs le très beau texte de Carl Norac.

L’histoire, comme un long poème en prose, se raconte au fil des compositions musicales mêlées de Vivaldi et Piazzolla et de l’œuvre picturale (grande fresque en fond de scène) qui se crée en direct. Un conte moderne servi par une forme singulière et séduisante, qui rassemble les arts et les publics. A voir en famille.

Fermer
Source Source

Laissez un avis sur Les Saisons

Affiché à côté de votre commentaire.

Jamais affiché, jamais partagé !

Votre évaluation :

Protégé par reCAPTCHA sous conditions et règlement de la vie privée Google.

Ce spectacle n'est plus à l’affiche

Dernières actualités du Théâtre le Ranelagh

À l’affiche dans ce théâtre

Les autres pièces du même genre

Ceux qui ont consulté le spectacle Les Saisons ont aussi consulté