• Actualités

    Rencontre avec Thierry Patru, directeur du Théâtre de Jeanne à Nantes

    Interview

    Thierry Patru, comédien puis metteur en scène chevronné de cafés-théâtres parisiens, prend la direction du Théâtre de Jeanne en 2012. Sa démarche artistique s’inscrit dans celle de ses prédécesseurs : le couple de Jeanne et Jean-Marie Mondain, créateurs du Théâtre de Jeanne. Son souhait est de faire vivre un théâtre qui fasse rêver et rire petits et grands.

    Pourriez-vous nous dire un mot sur votre parcours et ce qui vous a mené au Théâtre de Jeanne ?

    Mon parcours est assez classique pour un directeur de théâtre. Je suis comédien de formation, j’ai beaucoup joué en tant que professionnel notamment dans le théâtre de Boulevard. Puis j’ai côtoyé l’univers des cafés-théâtres dans de petites salles parisiennes où j’ai fait mes armes (entre autres, le Théâtre Edgard, le Point-Virgule, le Théâtre des Blancs Manteaux…).

     

    Je me suis rapidement rendu compte que la comédie était mon genre de prédilection. Progressivement, l’envie m’est venue de passer du côté de la création et de monter des spectacles. J’ai créé ma petite association et commencé à mettre en scène des pièces avec des jeunes auteurs notamment l’excellente plume de Vincent Delboy. J’aime mettre en avant des artistes peu connus.

     

    Lors de mes tournées, je suis notamment passé par Nantes au Théâtre de Jeanne. Il venait de se créer et les propriétaires m’ont un jour confié leur envie de passer le flambeau. J’ai manifesté mon intérêt et leur ai demandé de me tenir informé. Ils m’ont envoyé des mails auxquels je n’ai pas répondu pendant un certain temps, pensant être simplement intégré dans une boucle. C’est plus tard que j’ai compris qu’ils n’avaient proposé qu’à moi la direction et attendaient ma réponse !

     

    Cette proposition est arrivée au bon moment. J’ai toujours aimé la ville de Nantes et je m’y suis toujours projeté.

     

    Qui est cette fameuse Jeanne ?

    Il s’agit de Jeanne Mondain. Derrière ce prénom se cache le couple qui a créé le théâtre. C’était le rêve de Jeanne et c’est une forme de cadeau que lui a fait Jean-Marie, son époux. Voulant emmener ses nombreux petits-enfants au Théâtre, Jeanne trouvait qu’il n’y avait pas d’offre de spectacles jeune public suffisante à Nantes. C’est pourquoi elle a eu cette envie de créer un théâtre tourné vers la jeunesse afin que ses petits-enfants puissent partager avec elle sa passion du spectacle vivant. C’est ainsi que Jean-Marie l’a créé et baptisé du prénom de sa femme.

     

    Parlez-nous de la ligne artistique de votre programmation ! Comment s’articule-t-elle ?

    Nous avons gardé celle des créateurs. Voilà maintenant 10 ans que je suis ici et le théâtre aura bientôt 14 ans. Comme nous sommes arrivés assez rapidement, j’avais à cœur de n’annuler aucun contrat car la saison qui commençait en 2012 avait déjà été programmée par Jeanne et Jean-Marie Mondain. J’ai longtemps été de l’autre côté de la barrière et je me suis dit qu’à la place des artistes, j’aurais aimé conserver des liens au sein d’un théâtre qui change de direction. Alors, j’ai commencé par observer le fonctionnement du théâtre en conservant sa ligne de direction.

     

    Nous avons continué à programmer des spectacles jeune public. Je pense que nous sommes le théâtre qui propose le plus de pièces jeune public à Nantes, en termes de nombre de représentations mais aussi en diversité. Nous changeons très souvent d’affiches et de spectacles. Notre programmation s’étend de septembre à mai, les mercredis, samedis, dimanches ainsi que tous les jours des vacances scolaires.

     

    Jeanne et Jean-Marie Mondain avaient également développé une programmation « humour » en soirée. Comme c’est également mon genre de prédilection, nous avons conservé cet univers de « comédies café-théâtre » : des spectacles qui durent entre 1h et 1h15  comme « Le mari de ma femme » ou « De quoi je me mêle ! ».

    De quoi je me même de Joseph GALLET et Pascal ROCHER

     

    Nous nous autorisons progressivement à ne pas programmer exclusivement de la comédie pour les enfants. Les soirs, nous conservons des spectacles humoristiques et des comédies pour « faire rire », mais nous avons à cœur d’évoluer vers un genre qui raconte aussi une histoire c'est le car pour les pièces « Petits crimes entre amis » ou « On s’attache ».

     

    Quelle est la part de spectacles créés par des Nantais/habitants de la région au Théâtre de Jeanne ?

    Chez nous, ce chiffre est peut-être moins important que dans d’autres théâtres qui sont sur ce créneau. La part de nantais est relative aux spectacles que nous créons. Nous recrutons localement les artistes pour nos spectacles. Ce sont des comédiens, techniciens, metteurs en scène qui représentent entre 25 et 30% d’artistes nantais sur la programmation.

     

    Nous faisons 70% de coréalisation des spectacles qui viennent de toute la France et 30% de créations en interne comme « Ils s’aiment » et « Oui ! ».

      Thierry PATRU  et Céline ROUCHER dans "Ils s'aiment"

     

    Vous êtes vous-même metteur en scène et acteur dans de nombreuses comédies (principalement au théâtre de jeanne, mais aussi chez des confrères nantais ainsi que dans divers festivals avec nos créations) quels types de rôles préférez-vous jouer ?

    Je préfère indéniablement les comédies ! J’aime le rôle du bon gars, un peu naïf. J’aime aussi les rôles plus dynamiques et j’apprécie qu’ils soient teintés d’émotion.

     

    J’arrive à un âge où j’ai envie de diversifier mon registre. Nous vivons une multitude de choses dans nos vies que j’ai envie de pouvoir retranscrire sur scène. J’aime ces rôles en demi-teinte qui ont une fêlure, qui n’ont pas des scènes exclusivement comiques. C’est un plaisir pour le comédien d’avoir la possibilité de jouer des partitions plus nuancées.

     

    Si le bonheur d’entendre une salle éclater de rire est inégalable, je ne suis plus uniquement dans une course à l’efficacité quand je joue. C’est l’histoire des personnages qui m’intéresse aujourd’hui.

     

    Quelle est la comédie qui vous a fait le plus rire ? Celle que vous rêvez de monter ?

    Je suis un grand fan du Splendid. « Le père Noel est une ordure », « Les bronzés font du ski » sont des pièces que je connais par cœur ! Je suis également un enfant du boulevard. J’ai adoré « Le canard à l’orange », « Le noir te va si bien » et bien entendu, toute la carrière de Jacqueline Maillan.

     

    Pourtant, ma pièce de chevet à laquelle je reviens régulièrement depuis presque 30 ans c’est « Harold et Maude » de Colin Higgins. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une comédie quand bien même de nombreuses scènes sont très drôles. Je suis également en train de redécouvrir l’univers de Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui qui me plait beaucoup.

     

    Monter « Harold et Maude » serait un vrai plaisir. J’aimerai aussi beaucoup monter un Feydeau, par exemple « Chat en poche ».

     

    Il semble exister une belle synergie entre les théâtres Nantais. Quelle est l’identité du Théâtre de Jeanne par rapport au tissu des théâtres qui existent dans la ville ?

    Au Théâtre de Jeanne nous proposons exclusivement des comédies, au sens de pièce de théâtre (nous ne faisons aucun seul en scène ni de one man show) ainsi que des spectacles pour enfants.

     

    Il me semble capital que tout enfant ait la possibilité de voir un spectacle vivant dans sa vie. Nous travaillons beaucoup avec les scolaires et les centres de loisirs, ce qui me rend très heureux.

     

    Un mot pour terminer ?

    Rappelez-vous, en ce début d’année 2022, que nous sommes ouverts ! Sortez voir des spectacles vivants dès que vous en aurez de nouveau l’envie. Nos fauteuils sont confortables et rembourrés.

     

    A voir prochainement au Théâtre de Jeanne :

    •  « Il s’aiment » de Muriel Robin et Pierre Palmade jusqu’au 16 janvier.

    •  « Le mari de ma femme » de David Fenouil, « De quoi j’me mêle ! » de Pascal Rocher et Joseph Gallet actuellement au Théâtre Edgar.

    •  « Mon Renaud préféré » de Julien Sigalas qui a beaucoup joué dans la comédie mais qui est aussi passionné de chansons

    •  « Ado un jour, à dos toujours ! » de Jean-Marc Magnioni et Jérôme Paquatte.

    •  « Petit crimes entre amis » de Frank Kenny (en ce moment au Théâtre la Boussole à Paris)

    •  « Pas d'panique ! C’est la police...» de Nicolas Taffin 

    •  « Demain, je me marie !» avec Sylvia Delattre

    •  « 60 minutes pour sauver mon couple » de Joachim Desmoines et Leda Giacomelli

    •  « On s’attache » de Judih Ejnès et Caroline Gaget

     

    Avis des spectateurs

    Votre prénom sera affiché à côté de votre commentaire

    Jamais affiché, jamais partagé !

    Cet espace est réservé aux commentaires concernant l’aspect artistique de ce spectacle. Si votre demande concerne la billetterie ou la disponibilité des places, merci de contacter directement le guichet du théâtre.

    Protégé par reCAPTCHA sous conditions et règlement de la vie privée Google.

    Dernières actualités