Paris
Spectacles à Paris

Jacques de Bascher 

5

54 avis
3 commentaire(s)

Votre avis
Théâtre de la Contrescarpe - Paris

De Gabriel MARC

« J'ai été le compagnon de Karl Lagerfeld et l'amant d'Yves Saint-Laurent... Mais de moi que reste-t-il ? »

 

1984, Jacques De Bascher, le prince des nuits parisiennes, apprend qu’il est positif au VIH. Paris lui tourne le dos, il se retrouve seul dans son appartement.

Il redécouvre ses enregistrements qu’il a faits tout au long de sa vie à l’aide de son magnétophone. Cet appartement, qui a connu de grandes soirées, devient un antre plein de souvenirs, de ses petites réussites mondaines à ses grandes défaites personnelles.

 

Durant cette soirée, Jacques de Bascher enregistre une dernière cassette pour son compagnon Karl Lagerfeld. Jacques revit ses années Palace alcoolisées, ses rencontres secrètes avec Yves Saint-Laurent, sa passion tumultueuse avec Karl Lagerfeld et évoque tous ses projets avortés mais soigneusement conservés.

Aux côtés de Jacques de Bascher, le spectateur sera invité à revivre les décennies 70 et 80 dans tout ce qu’elles avaient de merveilleux et de décadent. Une plongée dans l'intimité des deux plus grands génies de la mode.

 

À PARTIR DE 16 ANS

Lire plus Fermer

Durée

 :  1h15

Première

 : 

Dernière

 : 

Distribution :

Gabriel MARC

Mise en scène :

Guila BRAOUDÉ

Décor :

Erwan RIO

Assistante à la mise en scène :

Cécile COVES

Création lumière :

Jérôme PEYREBRUNE

Chorégraphie :

Julien MERCIER

Infos et réservation :

Guichet :

Contrescarpe 5, rue Blainville 75005 Paris

Tél. location

 : 01 42 01 81 88
Salle ouverte
Chères spectatrices, chers spectateurs,

Votre sécurité et celle de notre personnel restent notre priorité !

Voici nos mesures sanitaires complémentaires :
• Nous désinfectons les rampes et les poignées avant et après chaque représentation, en plus d’une désinfection quotidienne de la salle par une entreprise de ménage spécialisée.
• Nous aérons et renouvelons l’air de la salle entre deux spectacles.
• Nous mettons à votre disposition du gel hydroalcoolique à l’entrée et sur les paliers.
• Nous organisons la circulation au sein du théâtre afin de limiter les contacts.
Lire plus Fermer
Jusqu'au 08/01/23 à partir de

10

La presse parle de Jacques de Bascher

Des mots pour vous dire
C’est avec brio que Gabriel Marc donne chair à ce personnage...

EXTRAITS "C’est avec brio que Gabriel Marc donne chair à ce personnage. À l’écart des critiques virulentes envers Jacques de Bascher qui le résument à un être pervers, perfide et comme un imposteur, il tente de le faire découvrir sous un autre visage, sous d’autres aspects, et... Lire plus

EXTRAITS

"C’est avec brio que Gabriel Marc donne chair à ce personnage. À l’écart des critiques virulentes envers Jacques de Bascher qui le résument à un être pervers, perfide et comme un imposteur, il tente de le faire découvrir sous un autre visage, sous d’autres aspects, et réussit à le rendre humain et attachant à travers ses épreuves.

La mise en scène est bien orchestrée et le changement de costumes portés par le comédien crée la surprise à chaque fois."

Carole Rampal

Fermer
Source Source
Coolmag Paris
Une ode, aussi, surtout, aux vies passionnément vécues.

Brûler sa vie par les deux bouts : Jacques De Bascher au Théâtre de la Contrescarpe par Camille Bonvalet EXTRAITS Dans une des nombreuses punchlines de la pièce, Gabriel Marc, l’acteur qui campe le rôle de Jacques de Bascher au Théâtre de la Contrescarpe, à la perfection,... Lire plus

Brûler sa vie par les deux bouts : Jacques De Bascher au Théâtre de la Contrescarpe
par Camille Bonvalet

EXTRAITS

Dans une des nombreuses punchlines de la pièce, Gabriel Marc, l’acteur qui campe le rôle de Jacques de Bascher au Théâtre de la Contrescarpe, à la perfection, déclare, en parlant de son manteau : « Je me demande combien d’animaux sont morts pour que j’ai chaud ». Sans vouloir jouer les boomeuses nostalgiques —pardon pour le pléonasme — les années 1970, c’était aussi ça : une parfaite liberté de scandaliser. Ainsi est-ce une seconde raison d’aller voir la pièce : plus que la vie d’un homme (aussi romanesque soit-elle), elle donne à voir une époque révolue, charmante de tumultes et d’outrances.
Il est une ode, aussi, surtout, aux vies passionnément vécues.

Fermer
Source Source
Une mise en scène et une interprétation tout en nuances

EXTRAITS “Combler les manques” a été la démarche de Gabriel Marc, auteur et interprète de “Jacques de Bascher”. Mise en scène par Guila Braoudé la pièce, s’inscrit dans une beauté tragique construite autour d’une intimité sans ostentation. La... Lire plus

EXTRAITS

“Combler les manques” a été la démarche de Gabriel Marc, auteur et interprète de “Jacques de Bascher”. Mise en scène par Guila Braoudé la pièce, s’inscrit dans une beauté tragique construite autour d’une intimité sans ostentation.
La pièce construite comme une tragédie souligne les peurs de cet homme toujours entouré et dont la vie risque de se terminer dans la banalité et le silence, loin de l’esprit de séduction qui l’a toujours animé.

 

Une mise en scène et une interprétation tout en nuances
Pourtant, au-delà de la fatalité de la mort qui se profile, Gabriel Marc dans son texte et son interprétation, Guila Braoudé dans sa direction d’acteur soulignent la tendresse, le sens de l’humour, l’autodérision et le cynisme toujours jouissif du personnage. Il conserve son regard sans concession , en continuant à travers des portraits au vitriol et un humour mordant, à décrire la platitude de ces gens qui fréquentent le milieu de la mode.

Fermer
Source Source
Gabriel Marc se régale et nous régale du rôle...

Jacques de Bascher ** Théâtre de la Contrescarpe, Paris 5e. 1 h 20.   Compagnon de Karl ­Lagerfeld, amant d’Yves Saint Laurent, dandy des uns, gigolo des autres, le prince décadent de l’underground parisien ­seventies Jacques de Bascher fascine. Gabriel Marc relève... Lire plus

Jacques de Bascher **

Théâtre de la Contrescarpe, Paris 5e. 1 h 20.

 

Compagnon de Karl ­Lagerfeld, amant d’Yves Saint Laurent, dandy des uns, gigolo des autres, le prince décadent de l’underground parisien ­seventies Jacques de Bascher fascine. Gabriel Marc relève le défi de l’incarner au moment où il déclare le sida. Lucide, seul dans son appartement, ­l’excentrique play-boy écoute alors son ­journal intime ­enregistré sur cassette, laisse des messages pathétiques à ses proches. De Bascher comprend sa défaite. Il a raté le coche de la création et des affaires, sa vanité est devenue tragédie et, déjà, il va mourir. Dérisoire et sublime dans son univers de dandy passé par tous les drames et toutes les cames, le voici qui frémit voyant sa vie défiler en un tourbillon de paillettes insignifiantes. ­Comédien et initiateur du spectacle, Gabriel Marc se régale et nous régale du rôle dont il éclaire toutes les facettes flamboyantes, divines, trash, risibles ou tragiques. A.C.

Fermer
Source Source
Une performance surprenante et admirable, audacieuse et brillante.

EXTRAITS   Gabriel Marc auteur et interprété incarne l’homme avec tellement de brio et d’éclat. Dès ses premiers mots, le comédien habite cet autre jusqu’à physiquement s’y méprendre. Elégant, précieux, extraverti, il se dévoile aux... Lire plus

EXTRAITS 

Gabriel Marc auteur et interprété incarne l’homme avec tellement de brio et d’éclat. Dès ses premiers mots, le comédien habite cet autre jusqu’à physiquement s’y méprendre.
Elégant, précieux, extraverti, il se dévoile aux spectateurs lui faisant oublié qu’il voit une fiction inspiré de la réalité. On se laisse troublé par la vraisemblance. La mise en scène de Guila Braoudé est précise et très organisée.
Une performance surprenante et admirable à laquelle nous sommes ravies d’assister. Un plaisir partagé car les applaudissements sont au combien très chaleureux. Il ne pouvait en être autrement face à un tel moment de théâtre.
Ne passez pas à côté de cette performance audacieuse et brillante.

Fermer
Source Source
logo Un fauteuil pour orchestre
Une grâce douce et grave qui nous emporte.

EXTRAITS  ƒƒƒ article de Nicolas Brizault Jacques de Bascher nous fait rire, nous surprend.  Gabriel Marc, l’auteur et l’interprète, mis en scène par Guila Braoudé, nous entraîne dans une tendresse, défaite de larmoiements officiels, de snobisme... Lire plus

EXTRAITS 

ƒƒƒ article de Nicolas Brizault

Jacques de Bascher nous fait rire, nous surprend. 
Gabriel Marc, l’auteur et l’interprète, mis en scène par Guila Braoudé, nous entraîne dans une tendresse, défaite de larmoiements officiels, de snobisme périmé. On se laisse prendre dans du vrai menti ici ou là.
Le tout est lancé dans une grâce douce et grave qui nous emporte.
Un très bon travail, souhaitant montrer combien Jacques de Bascher a été secoué dans les difficultés dans lesquelles chacun d’entre nous peut être exposé, explosé même, pourquoi pas. Il en a joué, tachant d’en être fier et Gabriel Marc nous montre tout ça dans un Jacques de Bascher resplendissant. À ne pas manquer, vive les fils qui dépassent et les pantalons à faux plis !!

Fermer
Source Source
Vanity Fair
Cet éternel « amant de » revit au Théâtre de la Contrescarpe...

Théâtre : Jacques de Bascher, «l'amant de», de l'ombre à la lumière Au théâtre de la Contrescarpe, Gabriel Marc interprète Jacques de Bascher, l'éternel « amant de » Karl Lagarfeld et Yves Saint Laurent. La pièce permet de découvrir l'homme, ses envies... Lire plus

Théâtre : Jacques de Bascher, «l'amant de», de l'ombre à la lumière
Au théâtre de la Contrescarpe, Gabriel Marc interprète Jacques de Bascher, l'éternel « amant de » Karl Lagarfeld et Yves Saint Laurent. La pièce permet de découvrir l'homme, ses envies et ses douleurs, derrière le mythe du sulfureux dandy.
Par Valentine Ulgu-Servant


Regard conquérant et sourire charmeur, le comédien Gabriel Marc toise le public. « Je suis donc “le” dandy ! »  Ainsi se définit son personnage, Jacques de Bascher, avec toute l'humilité qu’on lui attribuait de son vivant et la sobriété qui fait sa légende depuis sa mort. De lui, on ne connaît pourtant pas grand chose. Tout juste sait-on qu’il fut le compagnon de Karl Lagerfeld pendant dix ans et l’amant d’Yves Saint Laurent deux années durant. Cet éternel « amant de » revit au théâtre de la Contrescarpe, dans un spectacle qui porte son nom et le met en pleine lumière. On se dit qu’il aurait adoré l’idée, lui qui vécut dans l’ombre des grands de son époque. 


Sur scène, on le découvre dans sa baignoire. En 1984, Jacques de Bascher apprend qu'il est malade : atteint du virus du sida, il doit se résoudre à vivre reclus. Loin, bien loin des frasques qu’il partageait avec le gratin du Paris des années 70, dont il était roi. Gabriel Marc, acteur et auteur de la pièce, a choisi de raconter la vie de Jacques de Bascher par le souvenir : l'ex-mondain, malade, se remémore les temps forts de sa vie à haute voix et les enregistre sur une cassette destinée à Karl Lagerfeld. « Plutôt mourir que d’être oublié », s'exclame-t-il, non sans ironie. Voilà un dicton qui parle à son interprète : « Le regard des autres, la marque qu’on laisse, la disparition, l’oubli… Ce sont des questions qui résonnent en moi », reconnaît Gabriel Marc, qui nous retrouve au sortir de scène. 


Prince des nuits du tout-Paris
Face à la petite salle pleine à craquer du théâtre, Jacques de Bascher replonge dans ses années de gloire. Celles du Palace, où rien ne comptait tant que d’apparaître élégant et bien accompagné. Régulièrement, les noms de « Diane », « Loulou » et « Fabrice » reviennent dans son soliloque. Les initiés reconnaîtront-là l'aristocrate Diane de Beauvau-Craon, la mannequin star Loulou de Lafalaise et le patron du Palace, Fabrice Emaer. Tous membres du microcosme ultra-chic et sulfureux dans lequel évoluait Jacques de Bascher. De Paris à New York, celui-ci organise de folles soirées, où les performances sexuelles côtoient les déguisements suggestifs. En body bustier, porte-jarretelles et poses lascives, Gabriel Marc offre à son personnage une interprétation de I am what I am avec une verve digne des plus grandes divas. C'est bien simple, dans le texte, Jacques de Bascher se compare à un « oiseau majestueux battant des ailes dans le fracas de soirées parisiennes ». 

Pour écrire le livret, Gabriel Marc s’est lancé le défi de « borner dix ans de la vie » de son personnage, tout en romançant ce qui doit l’être pour le bien de la pièce. De Jacques de Bascher, aucune image animée et aucun son ne nous sont parvenus. Alors, qu'importe que l'acteur ne soit pas son sosie. Moustache, port altier, cheveux disciplinés, look soigné, l'affaire est jouée. Pendant plus d'une heure, il revêt un costume écru, un long imper fluide, un veston de tailleur, un marcel… Entouré d'un décor sommaire, il retient l'attention à lui tout seul. Une prestation que n'aurait pas renié son sujet. 

« J’avais une frise chronologique en tête [...] La part de fiction vient de ce que je dis, des pensées que je lui attribue. Mais il y a des choses que l’on sait. Par exemple, la fameuse soirée chez Andy Warhol [où Karl Lagerfeld, Jacques de Bascher et Yves Saint Laurent étaient conviés] a vraiment eu lieu. Après, est-ce que c’est au cours de cette soirée-là qu’ils se sont engueulés ? On ne sait pas. » Pour assurer la part biographique, le comédien s’est plongé dans le livre écrit par Marie Ottavi, sous-titré Le dandy de l’ombre, et dans les deux films consacrés à YSL, signés Bertrand Bonello et Jalil Lespert. Il a également échangé avec Philippe Heurtault, photographe, auteur du livre Jacques de Bascher, éloge de la chute et, surtout, ami de Jacques de Bascher. « Je n'ai pas voulu disperser mes références parce que, d'une version à l'autre, on me parlait de lui comme d'un mondain peu agréable ou d'un type très sympa avec qui on pouvait manger des pâtes en tee-shirt », se souvient Gabriel Marc.  

« Karl, Yves, et moi »
Entre ces deux facettes du personnage, il y a le compagnon de Karl Lagerfeld. Les deux hommes se rencontrent en 1971. Le jeune mondain a 21 ans, le couturier en a 38. Le créateur allemand n'est pas représenté sur scène. Aucun interprète ne lui prête ses traits mais Gabriel Marc investit les planches du théâtre avec une telle aisance qu’on imagine sans peine le créateur, affairé à ses croquis sur son bureau, alors que son languissant compagnon s’appuie sur son épaule, s’étend par terre, ou défie du regard la fidèle assistante qui accapare « [s]on Karl ». Cet amour platonique le propulse dans le milieu de ses rêves : l’art, le beau, la mode, la poésie, « sans le moindre effort, sinon de suivre l’homme qu['il] aime ». Ne serait-ce pas une définition du luxe ?  Rien n’y fait, Jacques de Bascher ne s’en satisfait pas : « Certains diront que je n’ai aucune morale [...] La séduction est l’un de mes passe-temps préférés », s’exclame-t-il, sourcil relevé, et main dans la poche. Plus Karl Lagarfeld connaît le succès chez Fendi, plus Jacques de Bascher se sent « potiche ». Il réalise une vidéo pour la maison mais son éternel fantasme de créer sa propre collection de mode masculine s’éteint au fil des années. Il a l'impression de n'être qu’un « cobaye de tendances », avoue-t-il, amer. Pour habiller cette icône, autant muse et fashion victim, Gabriel Marc a puisé son inspiration dans ses années d’études à la Chambre syndicale de la couture parisienne. « J'ai toujours adoré la mode. J'étais très mauvais mais j'adorais le travail de Saint Laurent. Pour moi, c'est un vrai révolutionnaire. La cape jaune que j’utilise pour le spectacle est une réplique de Saint Laurent que j’ai confectionnée moi-même », ajoute-il avec un sourire. 

Après Karl, il y eut Yves, et leur histoire foudroyante. Jacques de Bascher le rencontre en 1973 ; ils se plaisent instantanément. Avec Yves Saint Laurent, le jeune homme vit ce que son couple avec Karl Lagefeld ne lui offre pas : sexe, alcool et drogues en tous genres. Entre eux, Pierre Bergé prend la mesure du triangle amoureux que devient leur couple (et leur entreprise); il s'évertue à étouffer cette relation tumultueuse. Pour Gabriel Marc, cette configuration sentimentale et sexuelle a tout d’une « tragédie » :  « Si c’était nous, comment aurions-nous fait ? Comment on dénoue ce problème de “Je suis avec Karl, je l'aime d'un amour inconditionnel, mais je suis rattrapé par mon égo, mon ambition, parce que je suis en permanence derrière un homme plus grand que moi” ? » De quoi faire rougir les plus grands tragédiens grecs. Pour mieux rendre compte de cette douleur, la metteuse en scène Guila Braoudé a tout de suite adopté le format seul en scène proposé par le comédien. « C'est mon plus gros projet. Fin 2017, j'avais plein de pages d'idées en vrac. Plein de gens me disaient même d'en faire un film ! Moi, je préférais confronter le personnage à sa solitude. Guila m'a suivi dans cette volonté d'auteur. »

Ni Saint ni démon
Avec sa pièce, Gabriel Marc accorde une forme de rédemption à Jacques de Bascher, que l'on dépeint bien facilement comme l'amant toxique et (auto)destructeur par excellence. Fruit de ses recherches, d’une certaine fascination ou d’une simple tendresse pour le personnage, difficile à dire. Quoi qu'il en soit, dans la bouche du comédien, le sulfureux mondain devient « ce pauvre garçon » : « Ce garçon, ça n’est tout de même pas Hitler ! Il a juste été guidé par ses pulsions, ses envies. Quand il rencontre Karl, il a 21 ans. Moi, à 21 ans, quand j’allais chercher une baguette de pain, j’étais en stress et je transpirais», plaisante-t-il. Cette seule mise en perspective a suffi à faire germer l’idée du spectacle son esprit : « J’ai eu le déclic en réalisant qu’il est mort très jeune [en 1989, à 38 ans, ndlr] et que tout ce que je lisais sur lui le faisait passer pour un démon. C’est facile de parler de quelqu’un qui est mort, souligne-t-il. Moi, j’avais envie de le faire parler lui, par divagations. Et qu'on arrête d'en parler comme d'un gigolo, un profiteur. Sans en faire un Saint pour autant. »
Xavier de Bascher, frère du protagoniste de la pièce, a été sensible à cet engagement : « Ça a été très émouvant pour moi de le rencontrer au sortir d'une représentation. Il avait des craintes et finalement, il a été ému. Il m'a remercié de ne pas avoir fait de son frère un gigolo, comme ça a beaucoup été dit. »
Une ligne du livret dit tout du personnage, et de l'intention de l'auteur : « Mon œuvre c’est moi, c’est la seule chose que je sais faire ». Trente-trois ans après sa mort, alors qu'on tente péniblement de faire perdurer le dandysme par l'esprit rétro et vintage, un passionné de mode et de théâtre consacre sa première grande œuvre à Jacques de Bascher. Preuve, s'il en fallait, qu'une figure de l'ombre peut traverser les époques. 

 

Fermer
Source Source
Spectacle bouleversant, poignant. Gabriel Marc est si touchant et si juste...

Le personnage de Jacques de Bascher, disparu des suites du Sida en 1989, et oublié depuis, fut récemment remis en lumière dans les deux films sur Yves Saint Laurent qui sortirent en 2014. On découvrit ainsi un dandy élégant et cynique, proche d’Oscar Wilde et de Marcel Proust, avec son... Lire plus

Le personnage de Jacques de Bascher, disparu des suites du Sida en 1989, et oublié depuis, fut récemment remis en lumière dans les deux films sur Yves Saint Laurent qui sortirent en 2014. On découvrit ainsi un dandy élégant et cynique, proche d’Oscar Wilde et de Marcel Proust, avec son élégante moustache et son port altier.

Véritable aristocrate qui n’hésita pas à se rajouter une particule supplémentaire, il hanta les nuits parisiennes les plus folles des années 70 et 80.

« J’ai été le compagnon de Karl Lagerfeld et l’amant d’Yves Saint-Laurent. Mais, de moi, que reste-t-il ? ». Ainsi commence ce spectacle bouleversant.

Depuis quelques années déjà Gabriel Marc avait l‘envie d’écrire et de mettre en scène un texte sur ce personnage hors normes. Les aléas des confinements le forcèrent à différer son projet mais, heureusement, c’est chose faite maintenant.

Seul en scène pendant une heure quinze environ, il ressuscite le funeste soir où le dandy apprit sa séropositivité et, dans le plus total désarroi, se remémore les grands moments de sa vie.

Moments passés auprès de -excusez du peu- Karl Lagerfeld, Yves Saint-Laurent ou Pierre Bergé, mais aussi, de celles qu’il prénomme plus discrètement Betty, Loulou ou Inès, que chacun identifiera aisément.

Tantôt il s’adresse à ces personnages, allant parfois jusqu’à imiter leur voix, tantôt il téléphone à l’un ou l’autre, demandant de l’aide sans vraiment en attendre.

Car notre dandy ne se fait pas d’illusions : dans ce milieu de paillettes et de paraître, on est toujours profondément seul.

Gabriel Marc a confié la mise en scène à Guila Braoudé, qui sait enchaîner les moments présents et passés avec une grande fluidité. Il utilise parfois la vidéo, en particulier pour nous faire revivre le fameux défilé « Ballets russes » d’Yves Saint-Laurent dans les salons grandioses de l’Hôtel Intercontinental.

Et n’hésite pas à de nombreux changements de costume en fonction des circonstances, allant même jusqu’au travestissement dans un numéro particulièrement réussi.

On est ému bien sûr, même si le monde qui passe ainsi sous nos yeux nous semble inaccessible et finalement peu enviable. Mais Gabriel Marc est si touchant et si juste qu’il parvient, sinon à nous faire aimer cette vie, au moins à déclencher en nous une certaine empathie pour le personnage.


Et ce spectacle poignant est une réflexion profonde sur le temps qui passe, avec son lot d’espoirs, d’illusions et de déceptions. Par là-même, il nous concerne tous.

Axel Kiev

Fermer
Source Source
A voir à lire
Un exceptionnel moment de théâtre.

***** Un subtil mélange de sensibilité et d’irrévérence pour faire revivre la folie des années 70/80 à travers le destin inédit de ce dandy hors du commun mais désormais oublié que fut Jacques de Bascher. Résumé : 1984. Jacques de Bascher, le prince des... Lire plus

***** Un subtil mélange de sensibilité et d’irrévérence pour faire revivre la folie des années 70/80 à travers le destin inédit de ce dandy hors du commun mais désormais oublié que fut Jacques de Bascher.

Résumé : 1984. Jacques de Bascher, le prince des nuits parisiennes, apprend qu’il est positif au VIH. Paris lui tourne le dos, il se retrouve seul dans son appartement. Il redécouvre ses enregistrements qu’il a faits tout au long de sa vie à l’aide de son magnétophone. Cet appartement, qui a connu de grandes soirées, devient un antre plein de souvenirs, de ses petites réussites mondaines à ses grandes défaites personnelles. Durant cette soirée, Jacques enregistre une dernière cassette pour son compagnon Karl Lagerfeld. Jacques revit ses années Palace alcoolisées, ses rencontres secrètes avec Yves Saint Laurent, sa passion tumultueuse avec Karl Lagerfeld, et évoque tous ses projets avortés mais soigneusement conservés.

Critique : Né en 1951 dans une famille de la haute bourgeoisie, Jacques de Bascher est aussi beau qu’intelligent, aussi libertin qu’inapte au travail. Son domaine de prédilection, c’est la nuit, à une époque où elles sont fastueuses, souvent délirantes de libertés cependant potentiellement périlleuses pour ceux qui en outrepassent les limites. Or, il n’aime rien d’autre que l’outrance, pour le meilleur et pour le pire. Séduit par son originalité, son élégance et sa culture littéraire, Karl Lagerfeld le prend sous son aile. S’installe entre eux une relation platonique faite d’amitié et de respect. Le couturier assure finance et émancipation totale à celui dont la beauté et le goût de la perfection alimentent la puissance de son génie créatif.

Sexe, drogue, alcool et excès en tous genres ponctuent le quotidien du roi de ces fêtes qui rassemblent la jet-set mondiale. C’est au cours de l’une d’elles qu’il rencontre Yves Saint Laurent avec qui il connaît des amours passionnelles et destructrices dont Pierre Bergé sifflera la fin d’une poigne virile. En 1984, notre joyeux noceur apprend qu’il est atteint du sida. Arrive alors l’heure du bilan d’une vie dont il souhaite obsessionnellement laisser une trace, lui qui n’a vécu que de frivolité et d’oisiveté.

Seul en scène et auteur de la pièce, le comédien Gabriel Marc habite intégralement son personnage. Il en restitue toutes les nuances, de la flamboyance à la décadence, grâce à des réparties toujours justes. Oscillant sans cesse entre humour et cynisme, il nous fait partager l’univers de ce trublion aussi attachant que détestable et, ô tour de force suprême, ne manque pas d’arguments pour nous persuader que les personnages fictifs (Lagerfeld, Saint Laurent et Bergé) sont assurément parmi nous. Sur cette scène aux dimensions modestes du théâtre de la Contrescarpe, le moindre espace est utilisé pour récréer le décor et la mode de ces années de libération sexuelle et culturelle. En guise de bouquet final, la mise en scène se surpasse pour offrir au spectateur sidéré un show déjanté, digne de ceux qui illuminèrent, en leur temps, les nuits les plus folles de la capitale.

Une petite salle de spectacle (cent-dix places) pour un exceptionnel moment de théâtre.

Claudine Levanneur

Fermer
Source Source
Le Galopin
Remarquable interprétation de Gabriel Marc & mise en scène impeccable de Guila Braoudé.

La première fois que j'ai entendu parler de Jacques de Bascher c'était dans le film "Saint-Laurent" de Bertrand Bonello et si des amis ne m'avaient proposé d'y assister, je serai surement passé à côté de ce spectacle qui lui est consacré. Compagnon de Karl Lagerfeld depuis leur... Lire plus

La première fois que j'ai entendu parler de Jacques de Bascher c'était dans le film "Saint-Laurent" de Bertrand Bonello et si des amis ne m'avaient proposé d'y assister, je serai surement passé à côté de ce spectacle qui lui est consacré.

Compagnon de Karl Lagerfeld depuis leur rencontre, puis amant d'Yves Saint-Laurent, relation à laquelle Pierre Bergé mettra fin. C'est à travers ce prisme qu'on évoque le plus souvent De Bascher.
Si elle est exacte, cette vision du personnage est probablement un peu réductrice, et c'est à lui que Gabriel Marc sans porter de jugement donne la parole.
Dans son appartement, il raconte sa relation compliquée avec Lagerfeld, pour qui il enregistre des messages sur des cassettes audio.
Sa liaison avec YSL sur fond d'alcool et de drogue.
Son amie et complice Diane de Beauvau-Craon.
Les soirées au Palace, à la main bleue, où il n'y avait aucun interdit.
L'arrivée du sida dont il se découvre atteint en 1984.
Gigolo, cynique, insupportable, manipulateur, intelligent, charmeur etc... derrière tous ces qualificatifs qui peuvent lui être attribués on devine en filigrane un être complexe, avec ses forces et ses failles, qui a probablement souffert de n'être le plus souvent reconnu que comme le compagnon de..., ou l'amant de... qui n'aura jamais jamais réussi à faire cette collection homme dont il rêvait.
Quelqu'un qui assumait pourtant qui il était comme il le chante en reprenant Gloria Gaynor*
"I am what I am
I don't want praise, I don't want pity
I am what I am
And what I am needs no excuses" *citation des lyrics de I am what I am de Jerry Herman
Librement adapté de la vie de Jacques de Bascher, le spectacle réussit en 1h15 à évoquer une personnalité hors du commun, le monde de la mode, une époque révolue, et le début des années sida.
Une gageure tenue par l'écriture et la remarquable interprétation de Gabriel Marc, & la mise en scène impeccable de Guila Braoudé.

Bien entendu je vous recommande d'aller à la rencontre de Jacques de Bascher et de son auteur interprète
c'est au théâtre de la Contrescarpe

Fermer
Source Source
Un spectacle merveilleux, visuellement très beau et superbement interprété

« J'ai été le compagnon de Karl Lagerfeld et l'amant d'Yves Saint-Laurent... Mais de moi que restera-t-il ? » Ange ou démon C’est en découvrant les enregistrements de Jacques de Bascher, le dandy des nuits parisiennes, la muse masculine, l’amoureux délaissé ou le gigolo... Lire plus

« J'ai été le compagnon de Karl Lagerfeld et l'amant d'Yves Saint-Laurent... Mais de moi que restera-t-il ? »

Ange ou démon

C’est en découvrant les enregistrements de Jacques de Bascher, le dandy des nuits parisiennes, la muse masculine, l’amoureux délaissé ou le gigolo de la mode que Gabriel Marc a eu l’idée de créer ce spectacle sur cette étoile méconnue, toujours de côté derrière les deux plus grands génies de la mode.

Fête, délire et décadence

« La décadence est un mouvement très lent, très beau. Il peut s'agir d'une forme de suicide dans la beauté, une beauté tragique »

Au centre d’un appartement cosy, Jacques de Bascher égrène ses souvenirs pêle-mêle et revit ses « années Palace » alcoolisées, ses rencontres secrètes avec Yves Saint-Laurent, sa passion tumultueuse avec Karl Lagerfeld et évoque tous ses projets avortés, mais soigneusement conservés.

Loin d’être un simple Biopic, avec ce spectacle très réussi, nous plongeons dans l’intimité de cet homme, avec cette reconstitution poignante des années 70-80, merveilleuses et décadentes.

L’homme qui ne savait rien faire, mais dont l’image était si primordiale « J’essaie de cacher que je ne sais rien faire avec de belles phrases, de belles chemises et de beaux sourires ».

L’homme qui paraissait sans morale « c'est faux, j'ai la mienne, elle n'est juste pas partagée par tout le monde… » et, que plusieurs ont désigné responsable de tous les maux de la terre « je tue, je rends dépressif et je vend mon cul » reste un pur mystère, une énigme éternelle.

Vérités maquillées et prises de consciences

La grande idée de Gabriel Marc et de Guila Braoudé est de ne pas avoir essayé de suivre une trame chronologique et de nous transmettre, à travers ces cassettes fictives des bribes de la vie et de la pensée de Jacques de Bascher.

« Cela permet également un double jeu entre ce qu'il nous laisse entendre et ce qui peut se jouer sur scène. » Gabriel Marc

Cette pièce est aussi l'occasion d'évoquer, en pointillé, cette terrible époque où la vie était freinée par le SIDA et où des gens mouraient sans savoir pourquoi.

« Jacques, c'est surtout, l'histoire d'un homme de l'ombre qui n'a pas su être aimé ». C’est un spectacle merveilleux, visuellement très beau et superbement interprété, une identification troublante de Gabriel Marc, séduisant et émouvant à souhait. Avis Foudart ????????????????

Fermer
Source Source
Logo Sortiraparis
Une reconstitution poignante et effrontée

Le Théâtre de la Contrescarpe dévoile sa nouvelle pièce "Jacques De Bascher" retraçant les mémoires du compagnon de Karl Lagerfeld et l'amant d'Yves Saint Laurent, du 15 juillet au 20 août 2022. Au delà des paillettes, découvrez la vie compliquée de ce dandy des années... Lire plus

Le Théâtre de la Contrescarpe dévoile sa nouvelle pièce "Jacques De Bascher" retraçant les mémoires du compagnon de Karl Lagerfeld et l'amant d'Yves Saint Laurent, du 15 juillet au 20 août 2022. Au delà des paillettes, découvrez la vie compliquée de ce dandy des années 70-80. Une véritable tragédie moderne !
"Jacques De Bascher", la pièce qui retrace la vie de celui qui fut le compagnon de Karl Lagerfeld et l'amant d'Yves Saint Laurent, est à découvrir au Théâtre de la Contrescape les vendredis et samedis du 15 juillet au 20 août 2022. Une reconstitution poignante et effrontée de cette époque, née grâce à des cassettes audio sur lesquelles il enregistrait anecdotes et pensées.
Contexte : 1984, Jacques De Bascher apprend qu’il est positif au VIH. Le dandy sulfureux des années 70-80 se retrouve subitement seul dans son appartement, coupé du monde. Un isolement qui l'amène à redécouvrir les enregistrements qu’il a fait au long de sa vie, tels un journal intime. L'appartement, qui a connu de grandes soirées, devient un confessionnal, un lieu où il se remémore cette vie "exceptionnelle" teintée de regrets.

Illustre inconnu du grand public et pourtant prince de la mode et des nuits parisiennes, cette introspection dans les mémoires de Jacques De Bascher permet une plongée dans l'intimité des deux plus grands génies de la mode. Lui dans tout cela, c'était l'homme en arrière-plan, celui qui participait à cette vie mondaine trépidante et décadente sans vraiment y trouver sa place. Cette pièce, écrite et interprétée par Gabriel Marc, est l'occasion pour Jacques de se confier : "Ce sont les névroses d'un homme qui s'est perdu et d'un amoureux délaissé. Cette pièce est construite comme une tragédie, peut-être était-ce la façon dont il voyait sa vie."
Jacques De Bascher semblait avoir une vie de rêve mais c'était en réalité une course effrénée pour la reconnaissance, remise en question par le fléau du SIDA. Derrière les apparences, la pudeur des sentiments d'un homme qui émeut.

Fermer
Source Source
Logo Marianne
Gabriel Marc incarne Jacques de Bascher avec autant de talent que de conviction...

La critique d'Eric Naulleau : Jacques de Bascher, chronique d'une "défête" Suprême dandy pour les uns, simple gigolo pour les autres, Jacques de Bascher, astre noir trop souvent résumé à ses deux plus célèbres amants, Karl Lagerfeld et Yves Saint-Laurent, revient grâce au... Lire plus

La critique d'Eric Naulleau : Jacques de Bascher, chronique d'une "défête"
Suprême dandy pour les uns, simple gigolo pour les autres, Jacques de Bascher, astre noir trop souvent résumé à ses deux plus célèbres amants, Karl Lagerfeld et Yves Saint-Laurent, revient grâce au seul-en-scène de Gabriel Marc.
Pour savoir à quoi ressemblait l’univers voilà quelque treize milliards d’années, on peut admirer les images fournies par le télescope James Webb. Pour savoir à quoi ressemblait Paris dans les années 1970 et 1980, du moins un certain Paris, celui des nuits sans fin de la jet-set, il suffit de se rendre au théâtre de la Contrescarpe pour voir la pièce Jacques de Bascher. Où une bonne heure durant, seul en scène, Gabriel Marc braque moins un télescope qu’un microscope sur l’astre noir de cette galaxie disparue, un homme trop souvent résumé à ses deux plus célèbres amants – Karl Lagerfeld et Yves Saint-Laurent.

Suprême dandy pour les uns, passer la journée à choisir ce qu’il porterait le soir lui paraissait une activité aussi valable qu’une autre. Simple gigolo pour les autres, il consacra l’essentiel de sa brève existence à chercher comment employer son intelligence et sa sensibilité artistique. En vain pour l’essentiel, la postérité ne retenant guère de son passage sur terre que l’organisation de la « Moratoire noire », soirée géante et décadente (deux invités s’y adonnèrent notamment au fist-fucking sur scène) donnée le 24 octobre 1977 à La Main bleue en l’honneur de Karl Lagerfeld.

Et pourtant, de la même manière que le baron Charlus dans A la recherche du temps perdu, le personnage subjugue par son insolence, par ses mots d’un esprit très français, par la lucidité sur son propre cas, par la distance amusée qu’il parvient à garder envers toutes les péripéties d’un quotidien agité – comme lorsque telle conquête de passage l’attache à son lit et, soudain devenu indifférent aux plaisirs anticipés, dérobe tous les objets de valeur avant de disparaître. D’un fait divers dans le même registre, Édouard Louis tirera quarante plus tard dans Histoire de la violence un récit douteux et lourdingue. L’anecdote crapuleuse, c’était mieux avant.

Fascination bien employée

Plutôt que de se lancer dans une biographie exhaustive (ce dont s’était fort bien acquittée Marie Ottavi dans Jacques de Bascher paru en 2017 aux éditions Séguier), le spectacle saisit une vie sur laquelle l’ombre ne cesse déjà de s’étendre. Dans son appartement d’un goût exquis, forcément exquis, l’ancien enfant terrible écoute les cassettes qu’il a enregistrées au fil du temps à la manière d’un journal intime. Si le dispositif rappelle La dernière bande de Beckett, c’est la dernière débandade qu’il faudrait évoquer. La défaite ou peut-être la défête en référence à son passé noceur.

En termes des plus brutaux, Pierre Bergé a sifflé la fin de la récréation au sujet d’Yves Saint-Laurent. Le quatuor amoureux a vécu. Pendu à son téléphone, Jacques de Bascher laisse des messages en forme de SOS à Karl Lagerfeld et Diane de Beauvau-Craon, autre personnalité extravagante, qu’il a autrefois manqué d’épouser – comme auprès de tant d’autres en cette décennie 1980, le sida vient de se faire annoncer. Qu’il s’agisse de jouer sa vie rapide ou sa mort lente, Gabriel Marc incarne Jacques de Bascher avec autant de talent que de conviction, celle que donne, du moins peut-on le supposer, une fascination bien employée envers son modèle.

Fermer
Source Source
Logo Point de Vue
Gabriel Marc incarne magnifiquement cet artiste sans art...

Lettre à Karl Que reste-t-il d'un dandy après sa mort ? Un parfum, celui d'une époque mondaine évanescente. Parfois, une allure, aussi jalousée qu'admirée, qui s'estompe. Au seuil de sa vie, apprenant qu'il a le sida, Jacques de Bascher, l'ange vénéneux des années Palace, se... Lire plus

Lettre à Karl

Que reste-t-il d'un dandy après sa mort ? Un parfum, celui d'une époque mondaine évanescente. Parfois, une allure, aussi jalousée qu'admirée, qui s'estompe. Au seuil de sa vie, apprenant qu'il a le sida, Jacques de Bascher, l'ange vénéneux des années Palace, se livre à un entretien avec lui-même. Sur son magnétophone, il laisse en réalité une lettre d'amour à Karl Lagerfeld... 

Gabriel Marc incarne magnifiquement cet artiste sans art, amant secret d'Yves Saint Laurent, muse au masculin.
"Je vis comme une comme une vraie courtisane, on me déplace d'appartement en appartement", déclare l'aristocrate au verbe haut des nuits parisiennes qui a fait de la décadence "une forme de suicide dans la beauté, une beauté tragique".
R.M.

Fermer
Télécharger l’article Télécharger l’article
Gabriel Marc excelle en Jacques de Bascher

Gabriel Marc excelle en Jacques de Bascher au théâtre By Gaspard Granaud Iconique et controversé, Jacques de Bascher – le dandy gay parisien connu pour ses relations avec Karl Lagerfeld et Yves Saint-Laurent – est en ce moment à l’honneur au théâtre à travers une pièce... Lire plus

Gabriel Marc excelle en Jacques de Bascher au théâtre
By Gaspard Granaud

Iconique et controversé, Jacques de Bascher – le dandy gay parisien connu pour ses relations avec Karl Lagerfeld et Yves Saint-Laurent – est en ce moment à l’honneur au théâtre à travers une pièce écrite et interprétée par le jeune comédien Gabriel Marc.

Jacques de Bascher, qui restait une personnalité mystérieuse et avant tout connue des aficionados de la mode il y a encore une dizaine d’années, a été remis en lumière ces dernières années via deux longs-métrages (un de Jalil Lespert et un de Bertrand Bonello) dédiés à Yves Saint-Laurent. Il y apparaissait en amant vénéneux et un peu scandaleux, à l’irrésistible et destructeur parfum de décadence. Plusieurs ouvrages sont aussi sortis à son sujet.
Féru de mode et de cinéma, Gabriel Marc s’empare du personnage et y apporte son interprétation toute personnelle. Et le résultat est assurément intrigant et original. Porté par une mise en scène inspirée et cinématographique de Guila Braoudé assistée de Cécile Coves, l’ensemble est à la fois hybride et abouti. Hybride car l’auteur mêle pièce dramatique léchée (avec un joli sens du détail, un soin tout particulier accordé aux décors – signés Erwan Rio- et aux accessoires) et seul en scène souvent drôle, ironique, mordant. Gabriel Marc aime l’humour et le camp, il l’a prouvé à travers des vidéos sur les réseaux sociaux où il rejouait des scènes cultes de Sex and the City par exemple. Il apporte ici une fantaisie inattendue au personnage sombre de Jacques de Bascher. Mais il ne prend pas son sujet pour une blague : il le croque avec tendresse, jubile de ses extravagances et paradoxes, dessine les contours de sa vie de dandy aux allures de mirage.

Le spectacle nous plonge au cœur de l’année 1984. Jacques de Bascher est seul dans son appartement et vient d’apprendre qu’il est positif au test du VIH. Son petit monde s’écroule. Lui qui a articulé son existence autour des mondanités, ne veut plus sortir, s’isole chez lui. Pour un être aussi vif, insatiable et hédoniste, l’annonce du générique de fin est logiquement on ne peut plus insupportable. Pour Gabriel Marc c’est l’occasion de saisir la complexité du personnage, une vulnérabilité qui n’a pas souvent été évoquée. Dépassé, le dandy insouciant est obligé de composer avec le fait que son destin ne lui appartient plus désormais. Il se retrouve dans une position de faiblesse et on le voit courir après Karl Lagerfeld, tel un nécessiteux qui n’ose se l’admettre, ou se confier à demi-mots à son ex fiancée et amie Diane.
Qui dit mort annoncée dit remise en perspective de son existence. Le constat n’est pas franchement glorieux, Jacques de Bascher n’a pas crée grand chose, s’attache à quelques articles sur lui parus dans des magazines. Il est de ces personnalités devenues célèbres pour « avoir été » ou dans son cas particulier « avoir été avec ». On retient de lui le garçon ensorcelant, insolent, provocant, érudit, son goût pours les mondanités, la fête, le sexe, l’excès sous toutes ses formes. Une incarnation d’un certain hédonisme gay des années 1970 fauché en plein vol dans les eighties.
A l’évidence attiré par les projecteurs, Jacques de Bascher n’a pas réussi à laisser une trace via un véritable geste créatif. Malgré son regard avisé et ses réflexions aiguisées, il restera un personnage périphérique, « le compagnon de », « l’amant de ». Gabriel Marc trouve la bonne distance entre l’hommage et l’interprétation qu’il fait de cet homme qui a tout du personnage de cinéma. Sexy et dangereux, cet attachant serpent attise les passions et joue sur les émotions contraires. On peut le trouver attachant et insupportable, l’aimer ou le détester, le trouver fascinant ou d’une pathétique vacuité… et surtout c’est un peu tout ça à la fois et c’est ça qui le rend si magnétique.
Alors que la mort rode, Gabriel Marc nous emporte dans la nostalgie d’une époque. Celle où Jacques de Bascher naviguait entre clubs privés et prestigieux et backrooms glauques, hôtels 5 étoiles ou ères de cruising. Cela se fait à travers un dispositif ingénieux : il nous est raconté que Jacques de Bascher enregistrait anecdotes et souvenirs sur des cassettes audios. Le fil rouge est une ultime cassette enregistrée pour Karl Lagerfeld et tout le spectacle est l’occasion de rembobiner d’autres cassettes qui font ressurgir les éclats de la vie haute en couleurs de ce dandy narcissique. On se replonge dans les années Palace, on revit l’amour et la tendresse qui le lient à Karl Lagerfeld, la passion tumultueuse avec Yves Saint-Laurent.
S’il apparait cynique et superficiel, Jacques de Bascher semble turlupiné à l’aube de sa disparition par ce dont on se souviendra de lui. Il a beau essayer de s’en extirper, tout le ramène toujours au final aux deux hommes connus dont il a partagé l’intimité.

De ceux qui veulent sauver les apparences en permanence, on voit le personnage se débattre pour essayer de sauver la face même s’il sait que face au Sida c’est perdu d’avance. Cherchant à convaincre (et aussi à se convaincre) que ce qu’il a pu vivre était plus iconique que pathétique, « le garçon aux allures de prince aristocratique » apparait plusieurs fois au bord du précipice du désespoir ou de la folie. Gabriel Marc exulte en poussant le côté « diva » de son sujet et son écriture rappelle par moments Les larmes amères de Petra Von Kant de Fassbinder (pièce de théâtre et film).

Interprétation d’une époque culte et révolue entre anecdotes croustillantes, répliques cinglantes, émotion et dérision, cette pièce émeut, amuse et divertit avec brio. La comédie smart à voir absolument en ce moment.

Fermer
Source Source
Gabriel Marc est tout entier dans la peau du personnage...

Au Théâtre de la Contrescarpe, Gabriel Marc nous propose un spectacle émouvant, faisant renaitre sous nos yeux la fulgurante trajectoire de Jacques de Bascher, le dandy, prince de tous les excès ayant régné sur le monde de la nuit dans les années 70 et 80. La mort de Karl Lagerfeld qui fut... Lire plus

Au Théâtre de la Contrescarpe, Gabriel Marc nous propose un spectacle émouvant, faisant renaitre sous nos yeux la fulgurante trajectoire de Jacques de Bascher, le dandy, prince de tous les excès ayant régné sur le monde de la nuit dans les années 70 et 80.

La mort de Karl Lagerfeld qui fut son compagnon et les deux biopics consacrés à Yves Saint Laurent dont il fut l’amant ont remis Jacques de Bascher sous les feux de la rampe. Bien avant cela, Gabriel Marc s’est pris de passion pour ce personnage hors du commun, dont la vie courte n’est connue que pour avoir partagé celle de gens célèbres. De fait, hormis quelques photos, il n’existe sur lui que des témoignages parcellaires. Né en 1951, avec un nom à particule, le jeune homme ne détient aucun talent particulier mais il est d’une beauté et d’un charme propres à lui ouvrir les plus belles portes. C’est ainsi qu’à vingt ans, il rencontre et s’attache pour la vie Karl Lagerfeld dont il sera le seul et unique amour. En bon aristocrate, Jacques de Bascher entend vivre comme il l’entend en rupture avec les conventions d’une société dans laquelle il évolue mais qui n’est pas vraiment la sienne. Comme s’il était encore un seigneur du XVIIe siècle, ne pas travailler et s’occuper de ses plaisirs reste sa ligne de conduite, d’autant que Karl s’occupe de l’intendance. Sa rencontre avec Saint Laurent qu’il rendra presque fou a failli menacer la bonne marche de la grande maison. Mais Pierre Bergé veillait et n’ira pas par quatre chemins pour interrompre cette liaison impossible.

Gabriel Marc a choisi les épisodes marquants de cette vie débridée. Il fait débuter son récit en 1984, quand Bascher apprend sa séropositivité. Il sait que ses jours sont comptés. Désemparé, il cherche du réconfort auprès de son amie, Diane de Beauvau-Craon la princesse aussi déjantée que lui. Il appelle sans cesse Lagerfeld pour qui il enregistre les détails de sa vie sur des cassettes, en guise de testament amoureux. Durant un peu plus d’une heure, nous allons faire des aller-retour dans les moments marquant cette vie fracassée, passée à s’habiller avec le plus grand raffinement, à lancer des piques assassines à tous ceux qui ne sont pas à la hauteur autour de lui et surtout à s’envoyer en l’air en toutes occasions. En cela, Jacques de Bascher fut loin d’être unique. Pourtant, si la nuit parisienne regorgeait de personnages jouisseurs et vénéneux, elle n’en connut qu’un seul, vénéré sa vie durant par Karl Lagerfed.

La mise en scène de Guila Braoudé permet de recréer l’univers impitoyable dans lequel il évolua tout en rendant le texte parfaitement vivant, comme si Jacques de Bascher avait consenti à nous inviter chez lui. Comment ne pas y croire quand Gabriel Marc est tout entier dans la peau du personnage, avec sa désinvolture, ses peurs, ses addictions ? Rien ne lui échappe. Le comédien qui aime éperdument son personnage en a compris toutes les facettes, tous les mystères. Chacun de ses mots, de ses gestes et de ses attitudes nous disent qui était finalement Jacques de Bascher : l’enfant improbable de Visconti et de Pasolini ! Un enfant infernal, épicurien jusqu’à l’autodestruction, malheureux à en mourir d’être privé du génie de ceux qui l’ont entouré mais qui parvint à faire de sa vie un roman. Un roman que Gabriel Marc nous fait découvrir et partager avec une générosité sans pareille.

Philippe Escalier

Fermer
Source Source
Casting.fr
INTERVIEW de Gabriel MARC par CASTING.fr pour vous parler de JACQUES DE BASCHER

Source Source
Sorties à Paris logo
Gabriel MARC, se glisse habilement dans la peau de ce personnage fantasque.

Un texte de Gabriel MARC, qui en est l'interprète. Il peaufine ce spectacle depuis 2019, le titre initial était "Jacques l'Amant Terrible". La première fois où j'ai rencontré Jacques de Bascher, c'était dans un dîner où il était le Chevalier Servant de Diane de Beauvau-Craon, dont... Lire plus

Un texte de Gabriel MARC, qui en est l'interprète. Il peaufine ce spectacle depuis 2019, le titre initial était "Jacques l'Amant Terrible".

La première fois où j'ai rencontré Jacques de Bascher, c'était dans un dîner où il était le Chevalier Servant de Diane de Beauvau-Craon, dont il semblait follement épris. Une erreur de parcours ? C'était un habitué du "Nuage" animé alors par Gérald Nanty. Il dînera souvent au "Sept", créé par Fabrice Emaer, avec Karl Lagerfeld, qu'il entraînera ensuite dans les autres établissements de la rue Ste Anne, comme "Le Colony" ou le "Bronx" imaginés par Alain-Philippe Malagnac, qui avait eu le flair de débaucher l'excellent Gérald Nanty, pour diriger les deux établissements.

Dans ce Seul en Scène, Jacques de Bascher enregistre une cassette où il fait mille confidences à son amant, Karl Lagerfeld. Ce sera son chant du cygne, avant de disparaître en 1989, victime du sida.

Gabriel MARC, se glisse habilement dans la peau de ce personnage fantasque.
Une très belle Mise en Scène de: Guila BRAOUDÉ

Lumières: Jérôme PEYREBRUNE
Chorégraphie: Julie MERCIER
Décor: Erwan RIO

Un spectacle à ne pas mettre entre toutes les oreilles, il est déconseillé aux -16 ans. Il est fidèle aux mœurs du monde homosexuel des années 70.

Une affiche originale que vous propose le Théâtre de La Contrescarpe.

Fermer
Source Source
Autant de talent que de passion. Pièce tellement singulière… et excellente !

Vendredi dernier, nous avons eu le plaisir d’assister à la Générale de Presse de JACQUES DE BASCHER au Théâtre de la Contrescarpe. La pièce a été conçue par Gabriel Marc qui interprète magistralement le rôle de Jacques De Bascher, dandy – à la... Lire plus

Vendredi dernier, nous avons eu le plaisir d’assister à la Générale de Presse de JACQUES DE BASCHER au Théâtre de la Contrescarpe.

La pièce a été conçue par Gabriel Marc qui interprète magistralement le rôle de Jacques De Bascher, dandy – à la réputation sulfureuse – des années 70/80.

 

Le Pitch :

1984, Jacques De Bascher, le prince des nuits parisiennes, apprend qu’il est positif au VIH. Paris lui tourne le dos, il se retrouve seul dans son appartement.

Il redécouvre ses enregistrements qu’il a faits tout au long de sa vie à l’aide de son magnétophone. Cet appartement, qui a connu de grandes soirées, devient un antre plein de souvenirs, de ses petites réussites mondaines à ses grandes défaites personnelles.

Durant cette soirée, Jacques de Bascher enregistre une dernière cassette pour son compagnon Karl Lagerfeld.

Notre avis : Une pièce à ne pas manquer !

Que ce soit pour l’immersion dans ces années 70/80 où régnaient plaisir et insouciance jusqu’à l’arrivée de cette épouvantable épidémie.

Ou pour le décor d’Erwan Rio qui campe dans les moindres détails l’appartement de Jacques De Bascher

Ou encore pour la mise en scène de Guila Braoudé qui ne laisse à aucun moment place à l’ennui

mais allez-y surtout …

pour le jeu de scène de Gabriel Marc, comédien/auteur de la pièce qui se fond dans la peau de Jacques De Bascher avec autant de talent que de passion.

 

Ses réponses – qui m’ont beaucoup plu – sont autant d’éléments qui permettent de comprendre pourquoi cette pièce est tellement singulière… et excellente !

 

RENCONTRE AVEC GABRIEL MARC, AUTEUR ET INTERPRÈTE DE JACQUES DE BASCHER

Z.P : Comment vous est venue cette idée de vouloir incarner Jacques de Bascher alors que c’est une époque que – étant donné que vous êtes très jeune – vous n’avez pas pu connaître ?

G.M : J’ai commencé ma scolarité en études supérieures par deux écoles de mode (L’atelier Chardon Savard puis la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne), j’ai toujours été un amoureux du travail de Monsieur Saint-Laurent j’ai donc lu beaucoup de choses à son sujet.

À cette époque, peu de choses sont dites sur Jacques de Bascher, ou alors quelques articles le traitant de Gigolo ou du diable de Paris. Je ne comprenais pas pourquoi tant de haine à son sujet j’ai donc écrit quelques phrases, quelques idées mais vu le peu d’informations que j’avais je n’ai pas pu aller bien loin. Les films sur Yves Saint-Laurent sont sortis, puis des biographies sur Jacques et j’ai trouvé ce personnage encore plus fascinant.

J’ai surtout eu envie de lui donner la parole et d’avoir son point de vue.

Il est mort très jeune et le tout paris en a fait une cible d’un système ou d’une caste et je trouvais cela insupportable. J’ai donc créé une sorte de divagation personnelle autour de ce personnage. 

Quant à l’époque j’ai toujours été fasciné par le 20eme siècle mais dans mes références ça allait principalement des années 20 aux années 60, je trouvais les 70’s et les 80’s un peu vulgaires, mais en m’intéressant à Jacques j’ai appris à aimer cette décennie et surtout le vent de nouveauté et de liberté qu’elle avait, cette époque a été un tournant pour le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Après c’est un petit milieu que je décris, celui de la mode donc un milieu privilégié alors on est loin des crises de l’époque.

Z.P : Vous campez à merveille le dandy élégantissime… Êtes-vous, dans la « vraie vie» un fan de mode et de haute couture ou est-ce totalement un rôle de composition?

G.M : Il y a certainement beaucoup de points très similaires avec Jacques mais principalement sur son regard sur l’art et sur la mode. (Après de façon évidente comme c’est moi qui ai écrit, sur ces sujets, il y a beaucoup de moi).

Mais j’adore follement la mode, j’aime m’habiller, dénicher des pièces, faire des looks insensés et pour moi ça a toujours été un sujet sérieux, c’est social et sociétal la mode.

Même la personne qui a horreur de la mode aura besoin de s’habiller et donnera cette information par les vêtements qu’elle aura choisi. Au-delà du beau ou de la haute couture c’est vraiment cette chose-là qui m’intéresse, j’adore essayer de comprendre les gens par leur vêtement. Et puis c’est un milieu fascinant qu’on l’aime ou qu’on le déteste, ça fait toujours un peu rêver je crois, alors associer mode et théâtre c’est génial. J’en parlais il y a quelques temps avec quelqu’un, cette personne m’a dit «  je travaille dans la mode et je vais peu au théâtre mais ce sujet m’intéressait » et j’imagine que ça sera pareil pour les gens qui vont au théâtre et qui ne s’intéressent pas à la mode, si j’ai pu faire un pont entre ces deux mondes, j’en suis ravi !

Z.P : Vous avez créé cette pièce avec ce souci de réalité, de vraisemblance, dans les moindres détails, qui la rend exceptionnelle, du coup, j’imagine que vous vous êtes plongé dans des archives de l’époque pour arriver à un tel résultat ?

G.M : J’ai ce regard là quand je vais au théâtre quand je vais voir un film, d’ailleurs à l’heure où je réponds il nous manque encore quelques petits détails qui m’agacent à chaque représentation mais cela restera entre nous ! Je crois qu’il y a peu de choses modernes dans ce spectacle, tout a été chiné pour accessoiriser le beau décor fait par Erwan Rio que je remercie chaque soir parce que c’est un plaisir de jouer dedans.

J’ai construit ce spectacle comme j’aurais voulu le voir, j’avais peur des anachronismes

parce que je les vois toujours en tant que spectateur, je déteste les téléphones qui ne sont pas branchés dans une pièce de théâtre par exemple et il est vrai que le fil n’est pas très esthétique mais étrangement ça m’aide de penser que le téléphone est un vrai ( Ah les comédiens … ). Et plein de choses nous ont inspirés avec Guila en travaillant, des photos, des interview liées ou pas avec le personnage d’ailleurs. Et pour les plus attentifs, il y a plein de petites choses disséminées dans le décor qui font réellement référence à Jacques ou à Monsieur Saint-Laurent ou à Karl Lagerfeld, et c’est un petit plaisir personnel quand des gens reconnaissent des petites choses comme cela. 

Z.P : Est-ce un projet qui vous taraudait depuis longtemps ? Et si oui avez-vous eu l’opportunité de rencontrer Karl Lagerfeld de son vivant et d’évoquer ce projet avec lui?

G.M : Alors ce projet, oui, trotte depuis longtemps, comme je vous le disais j’ai commencé mes études en mode en 2012, je crois que l’idée a commencé à apparaître en 2015. J’ai essayé de contacter quelques personnes mais c’était très compliqué, et parler de Jacques avec Karl me terrifiait alors je n’ai pas osé et je le regrette un peu aujourd’hui.

Mais il y a une chose assez folle qui s’est produite en 2019 …

Je n’avais encore rien de construit sur ce spectacle. Beaucoup d’idées en vrac dans des carnets mais aucune continuité et je tombe sur un concours de seul en scène sur Facebook où il faut présenter 7 minutes et je n’y prête pas plus attention que cela donc je continue de scroller sur mon téléphone… puis je reviens dessus et je vois que la finale se déroulera au Palace, comment ne pas être convaincu au vu de mon sujet. Je passe différentes étapes et je suis sélectionné pour la finale.

Nous sommes le 18 février 2019 sur la scène du Palace et je fais revivre Jacques de Bascher !

[….] Le lendemain je vois plein de notifications sur mon portable, des news et des messages de personnes dont j’ai parlé de ce projet qui m’annoncent que Karl Lagerfeld est décédé dans la nuit. J’ai trouvé cela très étrange et je n’ai toujours pas trouvé la bonne explication à ce concours de circonstances sinistre. 

Les réponses de Gabriel Marc corroborent ma première impression : Gabriel Marc n’est pas seulement un talentueux comédien qui se serait glissé dans la peau de son personnage. C’est un passionné ! Passionné de mode, d’art, et j’irais presque jusqu’à dire de sociologie.

«  J’ai eu envie de construire ce qu’on ne sait pas de ce personnage […] il était aux premières loges de la création d’un grand nom et de l’ascension d’un génie. Mais lui dans tout cela ? Il était de toutes les soirées mondaines mais son intimité, son regard sur cette époque, nous a échappé. Tout a été dit sur le personnage, je voulais que l’homme se confie […]» Gabriel Marc

J’avoue que cet échange avec Gabriel Marc m’a beaucoup plu et m’a même donné envie de lui consacrer une rubrique « looks » c’est dire !

Quoiqu’il en soit, je ne saurais que trop vous inviter à aller applaudir cette excellente pièce au Théâtre de la Contrescarpe.

Fermer
Source Source
Logo Lextimes
Magnifiquement de bout en bout, Gabriel Marc est Jacques de Bascher !

Aussi méconnu que le personnage qu’il s’est approprié et interprète magnifiquement de bout en bout, Gabriel Marc est Jacques de Bascher (1951-1989), un dandy parisien des années 70-80, issu d’une fort ancienne famille française anoblie par Louis XVIII en 1818, qui fut le compagnon de vie de... Lire plus

Aussi méconnu que le personnage qu’il s’est approprié et interprète magnifiquement de bout en bout, Gabriel Marc est Jacques de Bascher (1951-1989), un dandy parisien des années 70-80, issu d’une fort ancienne famille française anoblie par Louis XVIII en 1818, qui fut le compagnon de vie de Karl Lagerfeld (1933-2019) pendant dix-huit ans (1971-1989) et un éphémère amant (1973-1974) d’un autre grand couturier encore plus illustre, Yves Saint Laurent (1936-2008), chasse gardée de Pierre Bergé (1930-2017).

« On sait finalement peu de choses sur lui et ce qui m’intéressait, explique l’auteur et interprète Gabriel Marc de ce seul-en-scène sur un personnage flamboyant qui n’a rien laissé à la postérité que le nom de son compagnon et celui de son illustre amant, c’était de combler les manques, d’imaginer ce qu’était un homme qui côtoie la création artistique du monde que nous connaissons aujourd’hui et sans n’avoir jamais réussi à y [ancrer] quoi que ce soit. »

Nous sommes en 1984 et Jacques de Bascher, à 33 ans, l’âge du Christ, apprend qu’il est positif au virus de l'immunodéficience humaine (VIH) qui l’emportera cinq ans plus tard et c’est pour lui la fin des nuits folles avec le tout-Paris d’alors et le début d’un repli sur soi, de la solitude, d’une introspection qui va le conduire à « tirer un bilan » de sa trop courte vie et nous faire (re)vivre ses années Palace démentes, ses rencontres furtives avec Saint Laurent et ses peines et joies avec Lagerfeld, outre, en prime, un final d'enfer, un « I Am What I Am » (Gloria Gaynor, 1984), en bas résille, porte-jarretelles et nattes d'écolière qui, à lui seul, vaut le déplacement et tous nos encouragements pour la suite.

Fermer
Source Source
Logo Froggy's Delight
Gabriel Marc incarne parfaitement ce feu-follet frénétique...

Monologue dramatique écrit et interprété par Gabriel Marc dans une mise en scène de Guila Braoudé. Le comédien Gabriel Marc a conçu une partition monologale consacrée à Jacques de Bascher, sans doute inconnu du grand public actuel hors, peut-être, les plus de cinquante ans... Lire plus

Monologue dramatique écrit et interprété par Gabriel Marc dans une mise en scène de Guila Braoudé.
Le comédien Gabriel Marc a conçu une partition monologale consacrée à Jacques de Bascher, sans doute inconnu du grand public actuel hors, peut-être, les plus de cinquante ans et encore ceux qui s'intéressent au Tout Paris mondain à travers les siècles.

En effet, jeune, séduisant et dilettante homosexuel confit dans l'oisiveté, le narcissisme et la quête permanente du regard des autres, sa naissance en 1951 a permis à Jacques de Bascher de vivre à l'époque rétrospectivement considérée comme bénie des eighties.

Plus précisément pour les figures médiatisées de la jet-set, les "happy few" des années Palace "sex, drugs and alcool" dont la vie était présentée comme une fête permanente, de celle qui étourdit pour occulter la vacuité, existentielle et sans doute la mort qui et ce, de manière quasi visionnaire en l'espèce, allait prendre le visage du sida dont il comptera parmi les premiers décimés.

Jacques de Bascher voulait être un dandy rivalisant avec ceux du 19ème siècle et des salons proustiens des Années Folles, tel le fameux Robert de Montesquiou, pour laisser sa trace et une œuvre l'inscrivant dans la mémoire de hommes et dans l'Histoire.

Alors il fait sa diva et son cinéma, plus proche du Alexandre de "La Maman et la Putain" de Jean Eustache que du von Aschenbach du "Mort à Venise" de Luchino Visconti, car, dépourvu de tout talent artistique, il n'avait pas les moyens de son ambition et ne pouvait donc qu'en revêtir le costume et ne s'illustre que dans un rôle d'utilité auprès de célébrités à la notoriété établie.

Ce qui ressort du journal intime de l'intéressé enregistré sur bandes magnétiques qu'a exploré Gabriel Marc pour, indique-t-il dans sa note d'intention, construire une tragédie à partir des confessions et des fulgurances de lucidité de l'intéressé sur ses rêves, ses névroses, ses désillusions et sa profonde solitude. Mais également pour approcher le drame intime d'un homme en quête d'amour qui existe derrière son masque de personnage à la mode dont il deviendra prisonnier.

Tout comme la scénariste et réalisatrice Guila Braoudé assurant la mise en scène qui indique appréhender ce parcours de vie à l'aune d'un "souffle romanesque inattendu", celui lié au "mourir d’aimer" pour le "Kaiser de la mode".

Misant sur cette dualité dramatique et la fascination qu'exerce ce genre de figure, Gabriel Marc réussit son entreprise en proposant, sans verser dans la facilité graveleuse, un tissage de soliloques, inserts narratifs et bribes de dialogues pour dresser, hors de sa caricature de drama-queen, l'envers du décor de l'homme se retrouvant seul face à lui-même et à la désolation.

Et dans un décor efficace d'Erwan Rio, quelques objets mobiliers dont une étonnante baignoire-canapé et images d'archives, et la création lumière de Jérôme Peyrebrune, il incarne parfaitement ce feu-follet frénétique qui s'est brûlé les ailes aux feux de la comédie mondaine.

Fermer
Source Source
Le comédien, Gabriel Marc, se coule avec aisance dans la peau de son personnage.

Cette pièce, écrite et interprétée par Gabriel Marc, est librement inspirée de la vie de Jacques de Bascher, un personnage qui fut un « prince » des nuits parisiennes dans les années 70-80. Jacques fut le compagnon du grand couturier Karl Lagerfeld et l’amant d’Yves Saint... Lire plus

Cette pièce, écrite et interprétée par Gabriel Marc, est librement inspirée de la vie de Jacques de Bascher, un personnage qui fut un « prince » des nuits parisiennes dans les années 70-80. Jacques fut le compagnon du grand couturier Karl Lagerfeld et l’amant d’Yves Saint Laurent. Nous sommes en 1984, il a 33 ans, au moment où il apprend sa positivité au VIH. Il redécouvre son vieux magnétophone sur lequel il a enregistré des moments pour lui inoubliables, et notamment sa relation avec Karl Lagerfeld, dont il fut le compagnon, et ses rendez-vous sulfureux avec Yves Saint-Laurent dont il fut l’un des amants. Il évoque ce que furent ses rêves, ses réussites, ses échecs. Sur ce magnétophone, il enregistre ici un ultime message pour Karl Lagerfeld.
Le spectacle, très vivant, est remarquablement mis en scène par Guila Braoudé.
Le comédien, Gabriel Marc, se coule avec aisance dans la peau de son personnage. Il nous fait partager ces moments fous de la vie nocturne totalement débridée de ces années-là.

Fermer
Source Source
Réduire la liste
Afficher tous

Laissez un avis sur Jacques de Bascher

Affiché à côté de votre commentaire.

Jamais affiché, jamais partagé !

Votre évaluation :

Protégé par reCAPTCHA sous conditions et règlement de la vie privée Google.

Les avis des spectateurs sur Jacques de Bascher

Anonyme
Bene 5
Formidable incarnation de jacques de bascher reflet parfait d'une epoque fascinante ou tout etzit permis.extravagant, insupportable, brillant , gabriel marc est tout cela.allez y!!
Anonyme
Jérôme
Un texte crédible, interprété par son auteuret l’interprétation par son auteur, qui l’est tout autant.
Anonyme
Tomas 5
Bravo, incroyable, magnifique. J’ai adoré la pièce MERCI!

Calendrier et tarifs - Jacques de Bascher

Tarifs

  • Promotion
  • Dernière minute
  • Plein tarif
  • Abonné 14 € abonnés du théâtre
  • Plein 28 €
  • Jeune -26 ans 10 € tarif au guichet uniquement et dans la limite des places disponibles
  • Réduit 18 € Promo Web et au guichet

Dernières actualités du Théâtre de la Contrescarpe

À l’affiche dans ce théâtre

Les autres pièces du même genre

Ceux qui ont consulté le spectacle Jacques de Bascher ont aussi consulté

Réserver