Paris
Spectacles à Paris

Françoise Sagan - Chroniques 1954-2003 

Théâtre Artistic Théâtre - Paris

De Françoise SAGAN

Dans un théâtre aux allures de cabaret littéraire, voici quelques-unes des chroniques que Françoise Sagan a écrites entre 1954, date de la sortie et du succès mondial de Bonjour tristesse, et 2003, un peu avant sa disparition. A travers ces chroniques s’esquisse, par touches tendres, amusées ou incisives, l'époque qu'elle traversa.

 

Le mythe Sagan naît en 1954 dès la parution de Bonjour tristesse.
Une vie, offerte jusqu'à la brûlure à l'ivresse de l'alcool, aux volutes de fumée de cigarettes, à l'étourdissement de la vitesse et la passion du jeu, aura donné les contours visibles d'une légende qui la suivra toute sa vie.

Françoise Sagan s'est souvent vu reprocher d'être la romancière frivole d'un milieu doré et passablement désenchanté. "Rouler vite, boire du whisky, vivre la nuit, correspondaient chez moi à des goûts évidents. Alors j'ai décidé de porter ma légende comme une voilette." Il est pourtant une certitude bien plus largement partagée : sous cette désinvolture se cache un oeil attentif, sous le ton enjoué percent des blessures secrètes... et surtout, Françoise Sagan est profondément libre et c'est en toute liberté qu'elle s'exprime. 

La solitude, la langueur, sont au coeur de son oeuvre, parcourue de touches de tendresse, d'un brin d'amertume, et d'une généreuse désinvolture. Par le prisme d'un esprit libre, brillant et incisif, c'est toute une époque qui se dessine et, derrière elle, le portrait en filigrane de Françoise Sagan.

Lire plus Fermer

Première

 : 

Dernière

 : 

Mise en scène :

Anne-Marie LAZARINI

Costumes :

Dominique BOURDE

Assistante à la mise en scène :

Lydia NICAUD

Lumières & scénographie :

François CABANAT

Assistant costumes :

Isabelle CLOAREC

Musique :

Andy EMLER

La presse parle de Françoise Sagan - Chroniques 1954-2003

La forme cabaret du spectacle et sa très jolie scénographie ne pouvaient mieux coller à l’univers de la romancière...

Profondément libre, toujours, c’est donc en toute liberté que Sagan s’exprime dans ses chroniques, allant à l’essentiel, sans circonvolution aucune. Elle nous dit ses amitiés, ses émerveillements, son amour de la littérature, nous confie son admiration pour Billie Holiday ou sa... Lire plus

Profondément libre, toujours, c’est donc en toute liberté que Sagan s’exprime dans ses chroniques, allant à l’essentiel, sans circonvolution aucune. Elle nous dit ses amitiés, ses émerveillements, son amour de la littérature, nous confie son admiration pour Billie Holiday ou sa fascination pour Orson Welles.  

Isabelle Fauvel

Fermer
Source Source
Logo Télérama
On découvre Françoise Sagan, grâce au délicieux cabaret littéraire d'Anne-Marie Lazarini, en piquante chroniqueuse des temps modernes.

On croyait connaître cette écrivaine légère et mélancolique, mondaine et solitaire, et on la découvre, grâce au délicieux "cabaret littéraire" d'Anne-Marie Lazarini, en piquante chroniqueuse des temps modernes. Dès le triomphe de Bonjour tristesse en 1954 - elle a 19 ans -,... Lire plus

On croyait connaître cette écrivaine légère et mélancolique, mondaine et solitaire, et on la découvre, grâce au délicieux "cabaret littéraire" d'Anne-Marie Lazarini, en piquante chroniqueuse des temps modernes. Dès le triomphe de Bonjour tristesse en 1954 - elle a 19 ans -, les magazines se l'arrachent en effet pour des reportages à travers le monde. Trois comédiens à l'humour caustique - la toujours épatante Frédérique Lazarini, Cédric Colas et Coco Felgeirolles - en distillent ici un brillant florilège. Que l'on savoure, confortablement installé dans un théâtre mué en cabaret par François Cabanat - rideau rouges et poursuite de lumière, petite tables et piano, bar à néon et meneur de jeu.

Fabienne Pascaud (TT)

Fermer
Télécharger l’article Télécharger l’article
Logo La Terrasse
Un cabaret littéraire orchestré avec minutie et talent, qui rend les mots merveilleusement vivants.

Portrait d'une vie et mémoire d'une époque Chaque chronique s'inscrit dans une tonalité singulière, et passer de l'une à l'autre exige un jeu d'une redoutable précision. Frédérique Lazarini, Coco Felgeirolles et Cédric Colas maîtrisent parfaitement leur partition,... Lire plus

Portrait d'une vie et mémoire d'une époque

Chaque chronique s'inscrit dans une tonalité singulière, et passer de l'une à l'autre exige un jeu d'une redoutable précision. Frédérique Lazarini, Coco Felgeirolles et Cédric Colas maîtrisent parfaitement leur partition, accompagnés par les intermèdes rythmés à merveille qu'a concoctés Andy Emler, et qu'interprète au piano Guilherme de Almeida. Dans les gradins sont installées les silhouettes de personnalités croisées par Françoise Sagan, des fantômes du passé qui rappellent que les strates du temps, loin d'être imperméables, se chevauchent toujours par une mosaïque de rapprochements. L'objet livre et le sujet littérature, qui semblent parfois s'absenter de notre époque si saturée d'immédiateté, ont une place d'honneur dans cette belle mise en scène, où François Cabanat crée la scénographie et Dominique Bourde les costumes. "J'ouvre un livre et un être humain me parle, aussi précisément, aussi sensiblement qu'il le peut, de tout ce qui me touche à coeur. De la vie, de la mort, de la solitude, de l'amour, de la peur, du courage. C'est toujours un cadeau." confia Françoise Sagan à Elle en 1980. Aujourd'hui, de cette même manière précise et sensible, de ce même élan né des pouvoirs de l'imagination, cette création est aussi un cadeau. Un cadeau parfait pour se déconfiner l'âme, en toute prudence !

Agnès Santi

Fermer
Source Source
Sagan à toute vitesse

A l'Artistic Théâtre, à Paris, un spectacle original revient sur la vie romanesque de l'écrivain à travers ses brillantes chroniques écrites entre 1954 et 2003. Plume vive, esprit acéré, humour fin comme une lame de rasoir, la légende revit à travers ce spectacle... Lire plus

A l'Artistic Théâtre, à Paris, un spectacle original revient sur la vie romanesque de l'écrivain à travers ses brillantes chroniques écrites entre 1954 et 2003. Plume vive, esprit acéré, humour fin comme une lame de rasoir, la légende revit à travers ce spectacle documenté qui donne envie de relire Françoise Sagan. 

Nathalie Simon

Fermer
Source Source
Bonjour Sagan !

A l'Artistic Théâtre, un florilège vivant rassemble les chroniques de l'écrivain. Si un être vous manque, c'est bien françoise Sagan. Ce "charmant petit monstre", comme l'appelait François Mauriac, a pendant longtemps encahnté notre vie par sa fraîcheur, sa délicate... Lire plus

A l'Artistic Théâtre, un florilège vivant rassemble les chroniques de l'écrivain.

Si un être vous manque, c'est bien françoise Sagan. Ce "charmant petit monstre", comme l'appelait François Mauriac, a pendant longtemps encahnté notre vie par sa fraîcheur, sa délicate désinvolture, sa folie douce. Aussi sait-on gré à Anne-Marie Lazarini de réveiller sa mémoire en lui consacrant un cabaret original en ce qu'il n'évoque ni l'oeuvre littéraire et théâtrale de l'intéressée ni sa personnalité, mais son passé de chroniqueuse, fonction qu'elle exerça durant cinquante ans, de 1954 à 2003, dans plusieurs journaux dont L'Express et Elle.

Philippe Tesson

Fermer
Télécharger l’article Télécharger l’article
logo Le quotidien du médecin.fr
Un choix de soirées heureuses

Pendant ce temps, à l'Artistic Théâtre, Anne-Marie Lazarini dirige trois comédiens qui savent chanter, danser, dans une salle transformée en cabaret. Des textes choisis, de 1954, date de Bonjour tristesse , à 2003, juste avant sa mort. On y retrouve l'alacrité et la fantaisie de celle que... Lire plus

Pendant ce temps, à l'Artistic Théâtre, Anne-Marie Lazarini dirige trois comédiens qui savent chanter, danser, dans une salle transformée en cabaret. Des textes choisis, de 1954, date de Bonjour tristesse, à 2003, juste avant sa mort. On y retrouve l'alacrité et la fantaisie de celle que Mauriac nomma "un charmant petit monstre". La joueuse et la jeune femme ivre de vitesse comme celle qui partage, dans son admiration pour Racine et Proust, un sentiment tragique de la vie. L'écrivain n'oublie jamais l'ironie, qu'elle exerce finement, même contre elle-même.

Armelle Héliot

Fermer
Source Source
Logo Marianne
Une Sagan peut en cacher une autre

Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux articles rédigés par une écrivaine qui n'hésitait pas à prendre son bâton de pèlerin afin d'aller au bout du monde, à la demande de L'Express, de Vogue, ou d'un autre magazine, pour en ramener un regard décapant, une impression... Lire plus

Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux articles rédigés par une écrivaine qui n'hésitait pas à prendre son bâton de pèlerin afin d'aller au bout du monde, à la demande de L'Express, de Vogue, ou d'un autre magazine, pour en ramener un regard décapant, une impression éclairante, un jugement affiné, toujours empreints de tendresse pour ses interlocuteurs. (...)

On l'entend avec émotion (le mot est faible) rndre un hommage pathétique à la jeune militante anticoloniale algérienne Djamila Boupacha, torturée par l'armée française, défendue avec éclat par Gisèle Halimi. On boit ses paroles d'hommage aux infirmières, qui n'ont paspris une ride (les paroles, pas les infirmières) et dans lesquelles pourrait se reconnaître le personnel soignant d'aujourd'hui, c'est dire. (...)

Quand on demandait à Françoise Sagan la qualité première d'un écrivain, elle répondait : "La voix". Disons qu'elle savait aussi en donner pour défendre une certaine idée de l'ordre du monde, ce en quoi elle pouvait se situer aux antipodes de l'univers futile auquel on l'a si souvent rattachée. Comme quoi une Sagan peut en cacher une autre.

Jack Dion

Fermer
Source Source
Réduire la liste
Afficher tous

À lire aussi

Laissez un avis sur Françoise Sagan - Chroniques 1954-2003

Affiché à côté de votre commentaire.

Jamais affiché, jamais partagé !

Protégé par reCAPTCHA sous conditions et règlement de la vie privée Google.

Ce spectacle n'est plus à l’affiche

Dernières actualités du Artistic Théâtre

À l’affiche dans ce théâtre

Les autres pièces du même genre

Ceux qui ont consulté le spectacle Françoise Sagan - Chroniques 1954-2003 ont aussi consulté